CSI – No Way Out (9.17)

Les CSI enquêtent sur les lieux d’une fusillade. Des cadavres seront retrouvés un peu partout dans le voisinage, mais des suspects sont encore introuvables, jusqu’au moment où deux d’entre eux prennent Riley et Langston en otage.

L’épisode débute par une petite séance d’entrainement pour les CSI. Ils sont armés et doivent savoir quoi faire sur le terrain. Malgré ça, on se doute que cette introduction n’est pas là innocemment. Ce n’est pas pour autant que l’on va se précipiter dans une situation extrême, au contraire, on part sur un examen de scène de crime, presque standard.

C’est un voisinage tranquille, mais  cela n’a pas empêché quelques  gangsters de venir régler leurs comptes. Le truc, c’est qu’il n’y a pratiquement aucun cadavre, alors qu’il y a des balles partout. Rien d’étonnant de voir surgir les morts à droite et à gauche.

C’est là que l’épisode va changer, car Riley et Langston vont se retrouver pris en otage par ceux qui ont survécu. Une situation plutôt inédite qui vient donc faire écho à la scène d’introduction. La bonne idée a été de mettre en jeu deux personnages vraiment récents dans la série. Certes, l’impact émotionnel est moindre, vu que l’on n’est pas vraiment attaché à eux, mais ça permet justement de les développer plus et d’entamer la véritable création d’un lien entre eux et les spectateurs. À ce petit jeu, Langston s’en sort très bien, sa personnalité et la mise en avant dont il a bénéficié jusqu’à maintenant l’ont déjà rendu sympathique, mais ce n’est pas forcément la même chose avec Riley.

Une fois de plus, la jeune femme se montre froide et monolithique. Un vrai bloc de granit qui ne s’ébranle pas, même avec une arme pointée dessus. Certes, cela est consistant avec ce que l’on a pu voir d’elle jusqu’ici, mais Lauren Lee Smith peine vraiment à rendre son personnage attachant. Il faut avouer que la personnalité de Riley n’aide pas non plus avec sa propension à toujours vouloir être la plus maline.

Bref, la fin ne fait pas de trop de doute, mais sa mise en œuvre a le mérite d’être sobre et de tenir en haleine.

Au final, nous avons là un épisode qui sort de son schéma habituel avec un certain naturel. Le scénario délivre une histoire au déroulement assez fluide et engageant qui nous captive en nous éloignant un peu de la science légale.