CSI – The Gone Dead Train (9.22)

Une série de morts inexpliquées tourmente le Dr. Robbins. Les corps continuant à s’accumuler, les CSI craignent qu’il s’agisse d’un problème de santé publique à grande échelle. En parallèle, Greg enquête sur une femme apparemment tuée par son ex.

Après une période de transition hasardeuse, CSI semble enfin retrouver un équilibre. L’intégration de Langston est maintenant indéniable, le personnage s’intégrant à l’équipe avec naturel. Mais, ce qui fait la force de cet épisode, c’est que l’on renoue surtout avec une bonne gestion de l’ensemble du cast. Certes, certains en ont moins à faire que les autres, mais avec les deux enquêtes, tout le monde obtient sa part.

À cela, ajoutons que Ray continue quand même a être développé, ici en compagnie du Dr. Robbins. Les deux hommes s’entendent plutôt bien, comme c’était le cas précédemment entre Grissom et le légiste, mais leur relation n’est clairement pas bâtie sur les mêmes bases.

Pour finir sur la morgue, David fait sa première autopsie en solo. Ça méritait d’être dit.

Au niveau des enquêtes, si celle sur les participantes au concours de bikini ne se montre pas très intéressante dans son contenu, elle apportera un peu de légèreté. L’investigation sur les morts suspectes se révèle par contre plus dense, avec quelques petits retournements de situations bien pensés, et donc, bénéficie grandement de la façon dont sont gérés les personnages.

Certes, la participation de Jere Burns en guest star nous oriente sur ce qui va se passer, mais cela n’empêche pas toute l’intrigue d’être bien orchestrée.

Alors qu’il ne reste maintenant que deux épisodes avant la fin de la saison, on pouvait s’attendre à revenir sur du standard, limite bouche-trou, comme c’est souvent le cas dans la série. Bonne surprise, donc, car le coup de mou a déjà eu lieu et l’on remonte la pente avec talent. Tout n’est pas parfait, CSI doit encore travailler à préciser le ton qu’elle veut définitivement donner à cette période post-Grissom, mais si cela se confirme, il se pourrait que l’on soit sur la bonne voie.