CSI – Turn, Turn, Turn (9.16)

Nick se rend sur une scène de crime, le parking d’un motel où git le corps d’Haley, une adolescente qu’il a rencontrée plusieurs fois lors d’enquêtes dans ce même motel.

J’ai reproché il y a peu à la série de retomber dans un style scénaristique trop classique ou, au moins, moins innovant. Avec cet épisode centré sur Nick, ce n’est pas du tout le cas. Nous avons un lieu, un motel, un enquêteur, une année et 4 affaires.

Tout commence par la découverte du corps d’Haley, interprétée par la chanteuse Taylor Swift. On repart un an en arrière le jour où la famille de l’adolescente prit en charge le motel et découvrit le corps d’un des clients, ainsi que celui de l’ancien gérant. Là, entre le CSI et la jeune femme se crée une sorte de connexion.

On revient plusieurs mois plus tard avec l’agression de la meilleure amie d’Hayley, puis avec la mort d’une cliente, par overdose. Au travers de tous ces crimes se construit discrètement une histoire qui prend place autour de l’adolescente et qui aboutira à sa mort.

Une conjonction d’éléments anodins, vus par Nick, mais il était impossible de prévoir la dramatique conclusion tellement les évènements avaient l’air indépendant.

Comme souvent quand Nick est au centre d’un épisode, il y a une implication émotionnelle plus importante qu’à l’habitude. Cela a toujours été la distinction entre lui et Grissom, cette façon d’appréhender son travail, et c’est assez bien exploité ici.

Nous avons donc du CSI d’excellente facture, avec une réalisation très aboutie qui appuie un scénario intelligemment construit et une interprétation de haute volée. On appréciera en plus le fait que la guest star ne soit pas surexposée et que les voyages sur la ligne temporelle du show soient agrémentés d’allusions aux grands évènements de la série, William Petersen ayant même laissé un petit message pour l’occasion. Bref, une réussite à placer dans le top de la saison.