La mort d’une jeune chanteuse va mener les CSI vers un vieux casino abandonné depuis les 50’s. L’enquête mènera Grissom vers un vieux dossier, celui de la mort du propriétaire de ce même casino.

Grissom est sur le point de partir, mais il lui reste encore quelques secrets à nous dévoiler. On va donc apprendre qu’il était joueur de poker, et pas un mauvais. En fait, quand il était jeune, entre femmes et science, et bien, il fallait bien payer. Pour lui, le poker a été la solution.

À part ça, l’épisode va nous emmener sur la partie nostalgique de Las Vegas, via le meurtre d’une jeune starlette participant à un concours à la American Idol. La référence est des plus explicites, notamment avec Hodges qui parle d’un participant à la « Sanjaya« . Passé l’anecdote, cela va rapidement perdre en intérêt, car on va se retrouver à « Le Château Rouge ». Back in the days…

Le problème de l’épisode est de ne pas réussir à monter un dossier solide pour le meurtre de la chanteuse ou celui du propriétaire du vieux casino. On restera à la surface une grosse partie de l’épisode. Quand finalement tout est révélé, cela n’a pas vraiment de force, et donc, ça tombe à plat.

Malgré la faiblesse des enquêtes, l’histoire donne une fois de plus la part belle à William Petersen qui clôt ici son avant-dernier dossier. Le prochain épisode étant la première partie de l’histoire qui conclura sa participation en tant que régulier dans la série.

Pour finir, les guest stars. Tout d’abord, on le reconnaît dès le départ, Holt McCallany, qui joue ici le père d’un des participants d’Overnight Sensation. Il n’est pas un inconnu de la franchise CSI, vu qu’il était le détective John Hagen dans CSI : Miami. Ensuite, nous avons Ralph Waite en vieux Shérif de Las Vegas, Bill Cobbs en ancien saxophoniste et enfin, la légendaire Tippi Hendren dans le rôle de Karen Rosenthal, la femme du propriétaire du Château Rouge.

L’épisode manque donc un peu d’énergie, principalement à cause du manque d’intérêt des enquêtes, mais l’intérêt principal de l’histoire était, semble-t-il, de donner du temps à Grissom, et là, c’est réussi.