Damages - Flight's at 11:08 (3.03)

Joe Tobin appelle Leonard à l’aide après qu’il ait renversé Danielle Marchetti. Cette dernière est toujours recherchée par Patti et Tom qui veulent l’empêcher de quitter le pays. Ellen se rend chez ses parents pour un diner avec sa sœur.

Chose surprenante, Damages arrive à passer outre sa formule et préfère se concentrer sur une nuit de travail sans casser le rythme avec des flashforwards. C’est assez logique dans un sens quand on voit la façon dont la narration en deux temps a été exploitée durant les deux précédents épisodes. Chaque changement sur la ligne temporelle nous permettait de spéculer ou d’interpréter des réactions, que ce soit dans le présent ou dans six mois. Ce troisième épisode se concentre sur la recherche de Danielle Marchetti le temps d’une nuit et ce qui pourrait et va se produire n’a ici aucune influence, sauf peut-être pour la chute de l’épisode, mais cela sera développée dans la suite.

Bref, nous avons d’un côté Joe Tobin qui a la maitresse de son père sur les bras et d’un autre, Tom et Patty qui veulent éviter qu’elle prenne l’avion.

Comme on pouvait le sentir la première fois que l’on a entendu parler de Danielle, Joe a une histoire avec elle. Chose simple, elle a été sa maitresse avant d’être celle de son père. Aujourd’hui, Joe apparait comme la victime, le gentil père de famille un peu trop confiant dans son père et qui fut trahi. Il semble qu’il n’a pas toujours été aussi sage et qu’il a été infidèle et drogué. Alcoolique, probablement, vu sa façon de se jeter sur la bouteille. La situation aidant, son côté plus sombre et certainement moins vertueux refait surface. Il est clairement enclin à prendre la décision qu’il faut dans la situation actuelle. Mais jusqu’où ira-t-il ? Là est la question qui permet de doser le suspens.

Dans tout ça, Leonard Winstone tente de sauver les meubles, tout en continuant à jouer sur les deux tableaux, essayant de protéger Lou aussi bien qu’il tente de conserver la confiance de Joe. Cela dit, avec Patty sur son dos, il va probablement devoir être plus efficace s’il veut gagner la partie ou, au moins, éviter que Lou ne perde trop. Il semble pouvoir être un adversaire de taille, le face à face entre Martin Short et Glenn Close étant très bon, on peut espérer en avoir d’autres.

À côté de ça, Tom se démène. On sent que sa famille est sur le point de s’effondrer et il doit aussi le savoir, vu comment il repousse l’inévitable confrontation avec ses beaux-parents. Certes, cela sera payant pour le dossier, mais chez les Shayes, le stress ne va pas se dissiper comme ça.

Autre drama familiale, chez les Parsons cette fois. Ellen se rend chez ses parents où sa sœur est présente avec sa fille pour un diner familial. Il apparait rapidement que quelque chose cloche. Ellen n’est clairement pas quelqu’un de très « famille », comme lui fait remarquer ironiquement Patty, mais après tout ce qui lui est arrivé, il n’est pas surprenant qu’elle laisse passer le travail au second plan. Cela changera probablement au fur et à mesure que la vérité sur sa sœur et son mariage en voie de décomposition se révèlera à elle, jugé par un père qui n’en sait pas plus.

Il est probablement temps d’arrêter de pointer du doigt la qualité de ce début de saison, mais il est indéniable que cette affaire Tobin offre de belles opportunités scénaristiques. On notera surtout qu’au lieu de privilégier les mystères et autres non-dits, cet épisode se concentre sur le développement des personnages. Une approche intelligente surtout à ce niveau, car cela permet de renforcer les positions des protagonistes, tout en nous offrant de la nuance au niveau de notre perception de l’histoire. La suite pourra bien nous surprendre.