Damages – London. Of Course. (2.11)

Claire décide de se venger de Kendrick en montant le conseil d’UNR contre lui. Ellen engage un détective privé qui met à jour quelques secrets concernant l’affaire Frobisher et Patty alors qu’une journaliste vient réaliser un portrait du couple Patty/Phil.

Il y a du mieux, les éléments semblent vouloir s’assembler (encore heureux, c’est bientôt la fin) mais cette saison n’a décidément rien de comparable avec la première.

Si cet épisode passe mieux que les précédents c’est surtout en raison de la tension sous-jacente entre Patty et Ellen qui est omniprésente, même dans les scènes dans lesquelles elles ne se retrouvent pas. De fait, le personnage d’Ellen gagne en profondeur, ce dont elle a cruellement manqué ces derniers temps et elle commence à s’assumer.

D’abord en décidant d’engager un privé (le très demandé Kevin Kilner, cf. Dollhouse) et en choisissant de faire mal à sa patronne en lui révélant de la pire des façons la liaison de son mari (voir son sourire satisfait lorsqu’elle sort du bureau de Patty).

Mais comme toujours, Ellen est dépassée par Patty car quoi qu’elle fasse, elle ne sera jamais aussi pernicieuse que cette dernière. Donner à la presse les photos compromettantes et, de fait, griller les chances de Phil de devenir secrétaire à l’énergie et donc d’entrer dans la machination contre Patty est un très joli coup de poker, very Hewes !

En revanche, celle qui a autant de jugeote qu’une huître, c’est cette pauvre Claire Maddox ! Espérait-elle vraiment que son grossier stratagème anti-Kendrick allait fonctionner ? La bonne nouvelle étant qu’elle finit du côté de Patty qui risque d’avoir vraiment besoin de ses infos tellement cette affaire est délicate.

Au final, cet épisode semble marquer un tournant dans la saison. Jusqu’ici celui que l’on prenait pour le pourchassé s’est révélé à un moment donné le pourchasseur et vice versa (soit Kendrick et Patty). Dans cette dernière ligne droite avant la fin, tout est possible à l’image de ce qui semble arriver à Patty et Ellen dans les flashbacks. Poudre aux yeux ? Méfions-nous !

avatarUn article de .
0 commentaire