Damages – New York sucks (2.07)

Ellen surprend Pete dans son bureau et demande au FBI de faire des recherches sur lui. Les agents pensent qu’il est la personne rêvée pour coincer Patty. Frobisher et Patty mettent au point les détails de leur collaboration alors que Wes tente de se rapprocher de Katie à défaut de réussir à faire parler Ellen.

C’est gentil d’avoir calmé le rythme des derniers épisodes pour lesquels au mieux on était épuisé, au pire, on ne comprenait rien.

Cette fois pas l’ombre d’un flashback à part une rapide évocation de la première rencontre entre Pete et Ellen dans la saison 1. Car l’épisode fait la part belle à ce sombre personnage, toujours présent dans l’ombre de Patty, l’oncle Pete. On apprend donc tout ce qu’il y a à savoir sur le vieux bonhomme, marié depuis 60 ans à une femme aujourd’hui mourante (incarnée par la Magda de Sex and the City), ancien de l’armée avec un casier pour racket et frère de la mère de Patty. Et force est de constater que c’est très intéressant et presque rafraîchissant de se sortir de l’arc Frobisher/UNR.

Comme toujours, la fin de l’épisode est excellente avec un Pete qui se sacrifie pour ne pas donner Patty au FBI. Si ce n’est pas de la dévotion, ça !!!

Du côté d’Ellen, c’est également tranquillou bilou. Certes, elle n’est pas très contente, voire elle fait carrément la gueule à sa patronne en apprenant que Frobisher est le client mystère de Patty mais celle-ci parvient facilement à retourner la situation à son avantage. Plus intéressant est son pas de deux avec le beau Wes. On sent bien qu’elle hésite à se laisser aller mais n’est pas non plus très amusée quand il dragouille Katie, redevenue célibataire. Tout n’est qu’une question de temps comme le jeune homme le dit à son employeur, le-méchant-flic-barbu-à-lunettes-qui-a-tué-David. Elle finira bien sûr par lui céder (cf. flashback des précédents épisodes)

De son côté, Claire Maddox défend, à la demande de Kendrick, une call-girl arrêtée avec de la cocaïne. Tom comprend que ladite prostituée se trouvait avec le chaînon manquant dans l’histoire de la fusion de UNR : un trader du nom de Finn Garrity qui récupère les fameuses coordonnées de GPS qui sont en fait des chiffres de transaction (ne me demandez pas davantage d’explications, je n’ai pas tout compris !).

Loin d’être inoubliable avec ses scènes décalées qui ne servent à rien (c’est quoi le nouveau trip nature/méditation de Frobisher et pourquoi nous le montrer ?), New York sucks permet quelques éclaircissements bienvenus.

avatarUn article de .
0 commentaire