Leonard Winstone est prêt à faire l’échange, mais il ne fait pas confiance à Tom. Joe est prévenu par Zedeck que Leonard les a trahis et quand Marilyn lui apprend les motivations de son père, il recommence à boire. Patty règle le problème Jill une fois pour toutes.

Le temps des réponses est enfin arrivé et, de ce côté-là, on va être servi. Le problème est que c’est tout ce que cet épisode a à offrir.

On commence par l’affaire Frobisher. Toute l’histoire avec Terry Brooke ne sonnait pas très juste, mais avait fini par trouver une certaine crédibilité. Ce n’est pas réellement le cas de ce qui se produit en toute fin. Voilà que Wes (Timothy Olyphant) fait son retour, bien décidé à ce que justice soit faite. Il peut s’en vouloir pour ce qui s’est passé, mais même quand Ellen lui dit que c’est du passé, lui, il continue, histoire de nous offrir une conclusion. À croire que les scénaristes, conscients du fait que cet épisode pouvait être le dernier de la série, avaient décidé de remettre tous les comptes à zéro. Ça aurait pu être accompli avec un peu plus de finesse, car tout ceci a du mal à être cohérent.

Mais ce qui nous intéresse véritablement, c’est la mort de Tom. Et combien de fois peut-il mourir par épisode ? Plus que Lennie, il faut croire. On avait les pièces du puzzle et celles-ci vont s’assembler avec une simplicité et une linéarité qui expliquent clairement l’absence de flashforwards durant les précédents épisodes : il n’y avait plus rien à ajouter sans révéler la fin.

Cela manque donc un peu d’effets de surprises, mais on peut quand même ressentir une certaine intensité qui est principalement orientée sur l’accident de Patty. On joue avec le sac d’Ellen qui voyage d’une main à l’autre et on attend le moment où la voiture va faire de même. Étrangement, la collision, quand elle se produit, apparait quelque peu aléatoire, même si le conducteur avait des motivations.

En attendant, Tom paie le prix de la trahison de Leonard et de celle de Lou Tobin envers son fils. Joe replonge dans la bouteille une fois de plus pour paraitre plus pathétique que jamais quand le moment de payer pour ce qu’il a fait arrive. De toute façon, chez les Tobin, il n’y avait plus rien à sauver, même pour Marilyn qui prend son destin en main.

Dans tout ça, Patty reste assez en retrait. Certes, elle va obtenir sa vengeance contre Jill, mais cet épisode est clairement celui de Tom et Ellen. La célèbre avocate sera tout de même remise au centre une fois que tout se sera calmé, afin de nous révéler la vérité sur Julian Decker. Petite surprise de ce côté-là, car le mystérieux décorateur d’intérieurs trouve une place dans une partie qui paraissait déjà bouclée, à savoir, la mort de la fille de Patty. Ce passé revient la hanter et semble surtout là pour apporter de la dimension à la dernière discussion qui a lieu avec Ellen. Le prix de l’ambition que l’une a payé peut-il être supporté par l’autre ? Une chose est sûre, à ce moment précis, les deux femmes n’ont jamais été aussi semblables et Ellen est arrivée au moment où elle doit faire le choix qui la poussera à embrasser son futur en tant que nouvelle Patty ou non.

Cette fin de saison a donc permis de clôturer plus d’une storyline et pourrait servir de conclusion à la série. Ce qui est dommage, c’est qu’elle est trop linéaire, qu’elle manque de suspens et que Patty est un peu trop effacée. The Next One’s Gonna Go in Your Throat est donc satisfaisant, mais sans plus.