Damages - Your Secrets Are Safe (3.01)

Alors qu’Ellen travaille désormais pour le bureau du procureur, Patty a un nouveau gros dossier : récupérer l’argent volé par Lou Tobin qui a mené une énorme arnaque pyramidale.

Nouvelle saison, nouveau dossier. Après avoir inspiré la majorité des séries policières, Bernie Madoff est transposé à la sauce Damages avec Lou Tobin et sa famille. Il y a donc beaucoup de victimes et, surtout, de l’argent caché que Patty compte trouver. Le fait est que la série a ses concepts et rien n’est clairement ce qu’il parait. D’ailleurs, histoire de compliquer l’affaire, on nous installe une fois de plus une série de flashforwards qui nous mène six mois dans le futur. Petit évolution par rapport à la saison passée, il se déroule réellement quelque chose dans ses scènes et l’impact de la dernière va clairement servir à nous dérouter durant toute la saison, comme se fut le cas avec le meurtre de David.

Mais il s’est passé des choses entre le season finale précédent et cette reprise. Your Secrets Are Safe va donc principalement servir à poser les bases et à faire le point sur la situation entre les personnages, où Ellen se trouve aujourd’hui, comment elle et Patty s’entendent,… On renoue calmement avec les personnages que l’on connait bien et on rencontre les nouveaux. Damages réussissent toujours à étirer un large et impressionnant casting pour les rôles secondaires et il semble que cette saison dépasse largement les autres de ce côté-là.

Ainsi, Martin Short se retrouve dans un rôle inattendu, celui de l’avocat de Lou Tobin, lui-même joué par Len Cariou. Sa femme est interprétée par Lily Tomlin, son fils par Campbell Scott, la femme de ce dernier par Reiko Aylesworth. Du côté de Patty, Keith Carradine tente de la séduire et elle a embauché Michael Gaston dans son cabinet. Ben Shenkman est le boss d’Ellen et Tom Noonan reprend son rôle de détective. Ce n’est bien entendu que le début, les guest stars vont pleuvoir

La série a sa réputation et nous offre donc une nouvelle affiche des plus séduisantes, malgré cela, rien n’a vraiment changé à part le fait qu’Ellen est souriante. C’est un peu comme un nouveau départ ou, plutôt, un retour aux sources, car on retrouve clairement les mécaniques de la première saison, que ce soit dans la forme ou le fond, Tobin étant facilement assimilable à une nouvelle version de Frobisher. Certes, ce n’est pas identique et l’on peut espérer que les choses vont tourner autrement, il serait dommage que la série devienne trop prévisible.

Bref, nous avons là un épisode de mise en place assez complet et dense qui s’efforce d’être assez clair avec les bases qui sont posées tout en jouant avec ses vieilles routines pour nous mettre sur nos gardes. Difficile donc de savoir où l’on se dirige, mais il y a du potentiel pour que ça tourne bien.