Desperate Housewives – Everybody ought to have a maid (6.05)

Julie est de retour à la maison mais traumatisée par ce qu’il lui est arrivé. Pour l’aider, Justin lui prête l’arme de la maison. Lynette a quelques problèmes d’entente avec Roy, le petit ami de Karen qui considère qu’elle porte un peu trop la culotte. Une conversation avec la femme de ménage du motel force Bree à réfléchir aux conséquences de sa liaison. Susan et Katherine se déclarent la guerre. Gaby est accusée de ne pas être une bonne mère.

Mary-Alice : It is in our nature to judge the people around us.

8ème commandement : la médisance tu banniras. Le grand Tout Puissant qui a écrit ça n’a sans doute jamais vécu en banlieue. Ici, on médit, on juge le voisin, sinon ce n’est pas drôle ! Et c’est surtout le thème central de cet épisode qui ne fait pas avancer le schmilblick mais qui renoue joyeusement avec la comédie pure.

On remerciera donc Gabrielle de faire tellement d’effort pour prouver qu’elle est une bonne mère à ses voisines et une en particulier (Barbara Alyn Woods qui nous fait doucement rigoler en mère la morale quand on la voit dans One Tree Hill !) qu’elle finit par organiser une fête d’anniversaire catastrophiquement drôle au cours de laquelle le singe privé de sieste attaque le clown. Elle est tout autant fabuleuse quand elle hurle sur un Carlos décidemment très patient et exige de ses filles qu’elles ne prennent pas la jolie valise pour dévaler les escaliers dedans !

Autre grand moment comique, l’accidentel coup de feu de Susan sur une Katherine qui furetait encore dans le coin. Le cas Katherine = psychotique arrive un peu tard dans l’épisode mais permet au moins de relier l’intrigue à Angie et Nick qui font tout pour éviter que leur pistolet finisse entre les mains des flics.

Fort heureusement la grossesse de Lynette est mise de côté au profit d’une histoire qui tournait un peu en rond avant une bien belle discussion entre Tom et Roy durant laquelle le mari de Lynette (nous) donne la clé de la pérennité de son mariage. Car que celui qui n’a jamais voulu en coller une à Lynette à cause de son comportement castrateur avec Tom jette la première pierre à ce vieux croulant de Roy ! Le Tom est décidément bien plus finaud et posé qu’il n’y paraît car mieux que n’importe qui, il sait quoi faire pour gérer sa femme. Chapeau bas !

A l’image de l’épisode qui aurait pu faire mieux, la crise de moralité de Bree sonne un peu faux. Est-ce le fait d’avoir choisi comme donneuse de leçon une femme d’une moins bonne condition qui n’a absolument pas le même parcours sentimental ou le regard que Bree porte a la Bible du motel avant de choisir Karl plutôt que son mariage (toujours ce foutu puritanisme !) qui laisse un goût amer ? Toujours est-il que les arguments avancés par la femme de ménage (excellente Aisha Hinds, Miss Jeannette dans True Blood) sont caduques et les excuses de Bree légères.

Et malgré les jugements de toute sorte (le nôtre inclus), la vie continue à Wisteria Lane et c’est tant mieux !

avatarUn article de .
2 commentaires