Desperate Housewives – Look Into Their Eyes and You See What They Know (5.19)

Tout Wisteria Lane s’émeut du décès (eh oui…) d’Edie Britt. Bree, Susan, Gabrielle, Lynette et Mrs McCluskey partent annoncer la triste nouvelle à Travers, le fils d’Edie, et en profitent pour repenser, grâce à une série de flashbacks, à tous les moments uniques passés avec elle.

La fin d’une ère ! Le personnage de Nicollette Sheridan avait un tel succès auprès du public que sa disparition risque de laisser un gros vide dans la série… Je n’arrête pas de me dire que Marc Cherry a peut-être fait ici une grosse erreur. Bah oui, c’est quand même une page qui se tourne ! Nous avons assisté cette semaine aux derniers instants de la plantureuse Edie Williams (née Britt, autrefois McLain et Roswell), et les scénaristes ont décidément tenu à marquer le coup. En plus de lui consacrer un épisode événement, ils lui ont aussi donné la parole : c’est effectivement la deuxième fois que Brenda Strong n’endosse pas le rôle de la narratrice dans la série.

Edie, c’était pour moi la sulfureuse prédatrice plusieurs fois divorcée qui n’hésitait pas à mettre en valeur ses atouts féminins pour arriver à ses fins avec les hommes. Je revois encore son légendaire lavage de voiture à la Jessica Simpson ! C’était aussi la fourbe voisine sans scrupules qui séduisait un à un les amants de ses amies (à l’exception de Tom). On se souvient de son aventure avec Karl, ses galipettes avec Mike l’amnésique et son apitoyant strip-tease devant Carlos. Enfin, au-delà de tout cela, c’était surtout celle par qui tous les scandales arrivaient. Son éternelle rivalité avec « cette garce de Mayer » (dixit Edie), sa mise en scène de suicide en clôture de la saison 3 et son grand come-back, cette année, au bras de celui qui sèmera le trouble dans Wisteria Lane auront été des grands moments de la série.

Mais on découvre dans ce sublime épisode hommage que sous son blond peroxydé, sa couche de fond de teint et ses airs de bimbo siliconée – même si elle martèle que sa poitrine est authentique ! -, Edie dissimule une vraie sensibilité, est terrifiée de voir vie défiler et sa jeunesse se faner, et sans doute par là la résidente la plus philosophe de tout Wisteria Lane. C’est un beau portrait tout en finesse qui se dessine d’elle à mesure que les quatre housewives et Mrs McCluskey évoquent les véritables leçons de vie qu’elle leur a données. À croire, comme disait John Lennon, que « tout le monde vous aime dès que vous gisez six pieds sous terre. »

Cela dit, pour faire contrepoids au côté un rien trop larmoyant de l’épisode, les scénaristes n’ont pas mis leur humour de côté en traitant de la mort d’Edie avec un surprenant détachement ironique. La première rencontre entre Susan et Edie et certaines répliques hautes en couleur de Gaby, notamment, valent le détour.

C’est alors la dernière phrase, pleine de sagesse, d’Edie qui résume au mieux ces quarante minutes d’émotion et qui clôt définitivement – et malheureusement pour les fans – l’ère Edie Britt : « Je vais vous dire quelque chose, il n’est pas difficile de mourir lorsque vous savez que vous avez vécu. Et moi, ah ça oui, j’aurai vécu. »

Carpe Diem everyone !

avatarUn article de .
1 commentaire