Tandis que Gabrielle échafaude un plan pour garder Grace auprès d’elle, Keith se prépare à demander Bree en mariage lors d’un dîner romantique. Tom reproche à Lynette de ne pas le mettre suffisamment en valeur auprès de ses amies, et Renée révèle à Susan un secret très intime. Les plans de Paul pour Wisteria Lane sont enfin révélés aux habitants.

Après un petit break, Desperate Housewives nous revient en demi-teinte en dépit de storylines prépondérantes et de dénouements nécessaires.

Commençons malgré tout sur une note positive : Paul révèle enfin son plan machiavélique ! Et quel plan !  Le voisin préféré de nos Desperate Housewives compte installer un centre de réinsertion sociale d’anciens détenus en plein Wisteria Lane, autant dire que cela ne ravit pas grand monde dans le quartier. Pleasant Little Kingdom nous donne alors à voir un épisode typique de Desperate Housewives (ça commençait à manquer sérieusement) avec un bon drama en toile de fond qui touche tous les habitants et qui va nécessiter manigances, querelles et ruse pour  arrêter Paul, plus malin que jamais. En somme, cette intrigue est bien amenée et conduite, rythmée et avec de la tension.

Autre élément très positif, le départ de Grace. Après avoir joué avec nos nerfs une bonne partie de l’épisode en laissant envisager un séjour permanent de l’enfant chez les Solis, les scénaristes enlèvent une grosse épine du pied à la série grâce à son départ définitif. Et il faut avouer que le dénouement est très bien ficelé avec une  Gaby finalement prise à son propre piège et qui impressionne par son cynisme (elle va loin cette fois-ci en appelant les Services d’Immigration), puis par sa prise de conscience, et évidemment une Eva Longoria qui interprète majestueusement toute la tristesse du personnage particulièrement lors de la scène très émouvante du départ de Grace. Par ailleurs, cette intrigue a su aussi apporter de l’humour (travestissement de Gaby et scène en prison) allégeant une histoire forte.

Côté négatif, mais vraiment très très négatif, à la limite du pathétique, les Scavo, ou plutôt Tom Scavo. Malgré plusieurs répliques amusantes de la part de Lynette (et heureusement qu’elles étaient là), je n’ai absolument pas accroché aux problèmes de virilité de Tom. Voilà une storyline qui vire parfois au ridicule et qui continue de rabaisser Tom au rang d’ado boutonneux aux « problèmes existentiels ».

Pour en revenir à quelque chose de plus réjouissant, Susan arrête enfin de se lamenter sur son sort et sa vie arrête de ressembler à celle de Cosette ! Victoire !!! Pleine d’entrain, joyeuse et libre de toutes rancunes, Susan décide de fêter l’anniversaire de Renée au restaurant. Cette soirée, enrichie de répliques drôles (Renée à Susan: « When you said you were the fun one on the Lane, who was your competition… the mailbox ? ») est en fait prétexte à surfer sur la romance passée entre Tom et Renée. Ainsi, Susan apprend, par accident, tout sur l’aventure cachée et sur les sentiments toujours très forts de Renée. A noter l’intention persistante de présenter cette dernière comme une femme plus fragile qu’elle ne le paraît à travers la scène de pleurs un tantinet exagérée. Enfin, je crains que cette storyline, qui traîne déjà en longueur, ne se termine en pétard mouillé. À voir comment Susan va gérer cette nouvelle qui de toute manière lui permettra d’exister autrement qu’en nounou pour Paige ou en femme esseulée et dépossédée.

Bree, quant à elle, n’est toujours pas débarrassée du père de Keith qui vit maintenant chez son fils. Dommage qu’il n’ait pas suivi sa future ex-femme vers la porte de sortie. Seul intérêt à sa présence, empêcher la demande en mariage de Keith (qui fait peine à voir dans ses efforts vains) à Bree et donc leur rupture prévisible. Entre temps, nous sommes gratifiés de la présence de Cynthia Watros, parfaite en ancienne amie de Bree. À part cela, rien à signaler, sinon l’insistance oiseuse des avances de papa Keith envers une Bree indifférente.

En définitive, Pleasant Little Kingdom a manqué d’être excellent du fait d’intrigues superflues et superficielles. Malgré cela, l’épisode nous offre de belles promesses à venir et finit de manière explosive. Aussi, les Solis vont pouvoir passer à autre chose, Susan redevient pétillante, et surtout, tous les protagonistes vont devoir se serrer les coudes et s’unir face à Paul, déterminé à pourrir la vie de ses voisins. La solution pourrait venir de l’intrigante et complexe Beth, totalement absente de cet épisode. Pleasant Little Kingdom pourrait alors s’avérer un épisode charnière de la saison.

avatarUn article de .
1 commentaire