La nouvelle du retour de Paul Young fait le tour de Wisteria Lane et effraie les voisins. Au milieu de cette agitation, Mike et Susan emménagent dans leur appartement pourri, Lynette accueille sa copine de fac alors que Carlos et Gaby apprennent deux nouvelles perturbantes qu’ils décident de se cacher l’un à l’autre. Orson quitte le domicile conjugal laissant Bree à sa nouvelle occupation domestique.

Mary-Alice : My husband found out who wrote the letter. He let her know how much this upset him !

Bienvenue dans l’âge de raison de Desperate Housewives. Une 7ème année qui s’ouvre très honnêtement, sans étincelle ou feu d’artifice particulier, mais avec un nombre de pistes absolument impressionnant et un grand soin apporté aux dialogues par Marc Cherry en personne.

Comme pour remettre les choses à leur place, Mary-Alice commence par nous faire un petit résumé du pourquoi de la libération de son époux et il faut avouer que c’est simple et plutôt bien pensé. Cette idiote de Felicia, bien vivante, mais avec 2 doigts en moins, se fait simplement pincer pour excès de vitesse. Et voilà le Paul innocenté, toujours aussi flippant et pressé de retourner à Wisteria Lane fomenter sa vengeance. Il a un plan (Felicia aussi d’ailleurs) mais on ne saura pas lequel pour le moment si ce n’est qu’il veut racheter son ancienne maison.

Le second mystère initié l’an dernier est vite éventé et là aussi c’est très bien joué de la part de Cherry. L’enfant échangé à la naissance n’est autre que la fille aînée des Solis, Juanita. Et là, on est très tenté de faire la danse de la joie tellement on a rêvé que cette horrible gamine moche ne soit pas la fille de Gaby et Carlos (qui a joliment rajeuni et maigri). Sauf que cette histoire-là est vraiment très attachante (la meilleure de l’épisode), Carlos choisissant de protéger sa femme et sa fille en ne disant rien et tout en ignorant qu’elle fait de même de son côté.

Car Bree, qui n’a pas grand-chose à faire ici à part divorcer d’Orson et lorgner le marcel de son ouvrier sexy (Brian Austin Green quand même !) finit par dire la vérité sur la mort de la mère de Carlos à Gaby dans une scène hilarante, eu égard à la réaction de Mme Parker (toujours aussi drôle, la Eva). Elle s’en fout de la façon dont Juanita 1re est morte, elle est déjà plus ennuyée de devoir l’annoncer à son mari ce qu’elle décide de ne pas faire. Les Solis ont donc tous deux un secret qui va fatalement leur exploser à la figure.

Et qu’en est-il de la fameuse nouvelle venue (menace ?) de la saison dont on nous a rebattu les oreilles à coup de spot et photos promos ? Et bien, c’est par la grande porte qu’elle fait son entrée et en particulier par celle de Lynette. Vanessa Williams est donc Renée, la copine de chambre et de fac de la « jeune » maman qui vient faire une petite visite surprise. Si Williams fait toujours son petit effet et que ses joutes verbales avec sa copine sont féroces, son apparition donne finalement un peu dans le pétard mouillé. Car comme dans le cas de son précédent rôle dans Ugly Betty, on se doute assez rapidement que le personnage s’est forgé une carapace et que sa présence a une triste raison. Pour l’instant pas de quoi avoir peur de la « new housewife in Town ».

Ca fait donc plaisir de retrouver les Desperate Housewives même si l’épisode n’est pas transcendant pour un season premiere et que certaines intrigues apparaissent déjà très énervantes (celle de Susan et son nouveau moyen de gagner de l’argent). Wait and see.

avatarUn article de .
8 commentaires