Tom se fait prescrire de la marijuana pour lutter contre sa dépression, mais Lynette remplace l’herbe par de l’origan. Bree et Renée se font la guerre pour les beaux yeux de Keith alors que Gaby demande à Bob de rechercher la famille qui a élevé sa fille biologique. Star du site coquin, Susan se fait une ennemie alors qu’à l’occasion d’une partie de poker, les filles tentent d’en savoir plus sur la nouvelle épouse de Paul.

Beth (parlant de son mari comme d’un Don Juan) : Paul is a real lady killer !

Alors que des séries comme Greys’Anatomy et House affichent depuis leur retour à l’antenne une forme olympique, Desperate Housewives continue de se contenter de très très peu. Le propos de cet épisode et les différentes intrigues sont tellement inintéressants et attendus que le plus passionnant c’est encore de découvrir enfin le prénom de la dernière venue dans la famille Scavo : Paige. C’est dire !

Si tout ce que la méchante de la saison, à savoir Renée, est capable de faire est d’essayer de piquer son minot à Bree, on est un peu loin de l’image de Cruella d’Enfer qu’elle se donne. Et puis surtout, on a déjà donné avec Edie ! A Wisteria Lane, il semble que louer une maison vous place derechef dans la hiérarchie des housewives puisque sitôt installée, la voilà qui tape dans le dos de toutes les héroïnes et se retrouve même invitée aux parties de poker (alors que Karen s’en est fait refouler) avant de proposer à Bree une virée en mode couguar, ce que la rousse incendiaire sait très bien faire quand elle veut (quel décolleté !). La guerre est ouverte, mais on est en droit de trouver qu’il s’agit d’une drôle d’association.

Du coup, pour l’instant, le couple Scavo n’a pas trop à s’en faire des révélations truculentes de l’intruse. Non, leur problème du moment c’est la déprime de Tom. En bonne série républicaine, on dénonce l’usage des anti-dépresseurs (Tom Cruise, es-tu là ?) et bien sûr de la beuh. Le subterfuge utilisé par Lynette aurait pu être drôle si Tom ne devenait pas aussi pathétique et si une fois de plus la morale de l’histoire n’était pas la même : Lynette a raison et elle gagne !

Intrigues supra-attendues aussi du côté de Susan, devenue tellement bonne dans son boulot sexy qu’elle se fait une ennemie de l’ancienne reine de la fête et de Gaby. Pourtant, c’est encore une fois Gaby qui sauve un peu les meubles. Évidemment qu’elle ne peut pas renoncer à savoir qui est vraiment son enfant même si elle aime de tout son cœur Juanita. Délaissant le comique de situation pour un ton plus grave, Eva Longoria se montre très attachante.

En résumé, voilà une saison qui peine à trouver ses marques et à développer de l’intérêt chez son public. Il est temps de revoir sa copie, Monsieur Cherry !

avatarUn article de .
7 commentaires