Lynette souhaite connaître un peu plus son fils Porter. Gaby tente un come-back dans la haute société. Susan doit gérer la rencontre entre les 3 hommes de sa vie. Bree jongle entre vie privée et vie professionnelle quand à Edie, les souvenirs des habitantes de Fairview sont tenaces.

Dans la logique du season premiere, Desperate Housewives avance pour mieux reculer !

Si l’idée du bond dans le temps ne nous avait pas été serinée pendant tout l’été (et sur laquelle toute la promotion a été basée), il n’y aurait que les enfants Scavo pour nous prouver que le temps s’est écoulé (et encore, Preston semble être beaucoup plus jeune que les jumeaux).

La série avait déjà effectué un saut de 6 mois entre la saison 2 et la saison 3, et le changement m’avait semblé plus important.

Lynette fait face à ses enfants. Pour l’originalité, on repassera. Les trois premières saisons avaient su faire évoluer le personnage (mère au foyer, mère au travail, re-mère), mais là il n’y a rien. Le talent de Felicity Huffman (de loin la meilleure actrice de la série) ne fait pas tout, encore moins quand on y ajoute une pseudo touche de modernité avec Internet et les réseaux sociaux.

Pour Gaby, on est dans le même registre. Pas d’apparitions de ses deux monstres, du coup, après 5 années à jouer les Cendrillons, le virus des mondanités la reprend. Comme ça. Tout d’un coup. C’est pratique pour les scénaristes n’est-ce pas ? Bref, Gaby est invitée à la soirée d’un club, mais BlindCarlos ayant accepté un travail de masseur (oui oui) dans le même lieu, celui-ci est interdit d’entrée. La Morale de l’Épisode : l’argent ne fait pas le bonheur, il suffit d’avoir une famille qui vous aime. Euh, ce n’est pas le credo de La Petite Maison dans la Prairie ça ?

Sur le point de lancer son livre de cuisine, Bree doit faire face à Orson qui se sent trahi par son absence. On apprend ainsi qu’Orson a accepté l’ultimatum que lui avait lancé Bree : assumer ses actes pour revenir à la maison. Après quelques années en prison, il semble qu’un nouvel homme en soit sorti. Loin de « la bête de sexe » de la saison 4, Orson est inquiétant. Mais que lui est-il arrivé ?

Susan s’en sort un peu mieux et n’est pas redevenue la Reine des boulets. Il semble que sa relation avec Mike soit saine, mais il ne fait aucun doute qu’ils retourneront ensemble d’ici une dizaine d’épisodes.

Pour finir, Neal McDonough (le nouveau mari d’Edie) poursuit son petit bonhomme de chemin et tente de contrôler l’acariâtre (mais attachante) Mme McCluskey. Rien de bien passionnant, d’autant plus que l’on pensait qu’avec le bond (encore lui !), la FMoZS (Famille Mystère of ze Season) allait disparaître.

Bilan : boring.

N.B  : Rendez-nous Katherine !

avatarUn article de .
0 commentaire