Lynette prend sa revanche tant attendue sur Tom. Bree, à la demande de son pasteur, s’acoquine avec Beth. Gaby, en détresse psychologique, continue de sombrer dans la démence.  Quant à  Susan, quelques membres de sa famille viennent la soutenir dans sa maladie.

Loin de l’atmosphère de l’épisode précédent, Where do I belong? est plus enthousiasmant et nous procure la joie de clore l’intrigue Lynette/Tom/Renee. Comme convenu, Lynette fait d’abord preuve d’une imagination débordante pour exprimer toute sa colère envers son mari, malgré la dangerosité et l’immaturité de certaines de ses actions (comme l’accident dans l’escalier ou encore la mise en péril du travail de Tom), sous le regard médusé de Renee : « isn’t it a little immature ? ». Cette dernière prend d’ailleurs intelligemment les choses en mains, précipitant la fin des coups fourrés de Lynette, à travers la sympathique scène dans la voiture de Tom (« don’t react » !). Et c’est une nouvelle fois par une scène comique (Penny et le gâteau au chocolat) que l’intrigue se précipite vers sa fin, grâce à Tom, qui n’hésite pas à confronter Lynette. Enfin, bien que souvent pénible à regarder et lente dans sa progression, cette intrigue, qui aboutit sans surprise à un pétard mouillé, se termine dignement par une jolie scène familiale. Je remarque tout de même que Renee s’en sort magnifiquement alors qu’elle est tout aussi coupable que Tom.

Autre agréable surprise, la storyline de Susan prend de l’ampleur et suscite l’intérêt avec l’arrivée heureuse de plusieurs guests. L’attention, précédemment portée uniquement sur Susan et ses problèmes de reins, se déplace donc sur sa famille, et surtout sa mère atteinte d’un cancer. Bien que l’on devine rapidement que cette dernière cache quelque chose de grave, l’ultime discussion mère/fille est touchante et permet à Susan de construire une relation plus saine avec sa mère, interprétée par la brillante Lesley Ann Warren. Concernant Bree, suite à une génialissime joute verbale avec le pasteur de sa paroisse, elle se rapproche de Beth, l’invitant même au rendez-vous nocturne très fermé des Desperate Housewives. Beth, esseulée par son mariage avec Paul, apparaît alors ravie de ce contact amical.  Et, cela est assez réjouissant de voir que ses voisines, se remémorant leur amie Mary Alice, comprennent que Beth ne devrait pas payer pour les actes commis par son mari. C’est aussi l’occasion d’occulter les histoires de couple de Bree et de lui donner un autre centre d’intérêt que le très sexy Brian Austin Green.

Trouvant plus perturbée qu’elle, Gaby s’enfonce dans la démence, s’attachant de plus en plus à sa poupée, Princess Valerie. Bob et Lee servent alors seulement de prétexte à explorer l’esprit torturé de Gaby, dont Bree va être témoin et Juanita et Celia une nouvelle fois les victimes. Autoritaire et obtus,  Carlos ne réalise toujours pas que sa femme se rapproche dangereusement de la camisole. Espérons au moins qu’une fois la réalité en face, il saura porter secours à Gaby qui n’a présentement aucun garde-fou réfrénant ses idées folles.

Ni transcendant ni franchement mauvais, Where do I belong? se regarde facilement bien que certaines intrigues soient du réchauffé. Concernant le cliffhanger, le retour de Zach est assez inattendu (si on fait abstraction du nom de l’acteur au générique de début…) et ses intentions restent vagues : veut-il piéger Bree ou Beth? Est-ce un complot entre Beth et lui ? Quoi qu’il  en soit, l’apparition de l’arme du crime va permettre de relancer l’enquête policière et de comprendre un peu plus ce qui s’est passé la nuit de l’émeute (pour ceux que cela intéresse toujours). Pour terminer, soulignons le retour époustouflant de Renee (désormais l’esprit libre vis-à-vis de Lynette) et de ses répliques hilarantes.

avatarUn article de .
1 commentaire