Desperate Housewives – You Gotta get a gimmick (6.12)

Bree pense se racheter une âme en renouant avec Orson et en s’occupant de lui alors que Lynette vit mal le fait que Tom s’occupe de l’intérim à son boulot. Karl a laissé à Susan la gérance d’un club de strip-tease tandis que Gabrielle comprend qu’elle a toujours cherché à s’éloigner de son identité mexicaine.

Susan à Gaby : Wine. Now.

Quoi de neuf sous le soleil de Wisteria Lane depuis les événements tragiques des semaines passées ? Rien en somme. Cet épisode choisit de dérouler tranquille pépère la suite des aventures de nos Housewives (sans Angie ni Katherine qui ne sont même pas évoquées !) avec un intérêt plus ou moins très relatif.

Mention spéciale à l’intrigue autour de la rédemption de Bree qui occupe le terrain juste histoire de parler de la rousse. Mais au final, c’est inconsistant et on s’en fiche.

Même chose du côté des jeunots de Fairview. Ana et Julie sont apparemment de bonnes copines ce qui m’avait jusqu’ici échappée. La seconde bavant devant le jeune Danny, la seconde lui arrange le coup. Euh, mais encore ???

Là où les histoires fonctionnent déjà bien mieux surtout dans leurs secondes parties, c’est du côté des 3 autres héroïnes.

Comme souvent, Susan récupère l’intrigue décalée et là pour le coup, c’est vraiment surréaliste et au final plutôt drôle. La voilà à la tête d’un club de strip-tease laissé via le testament de feu Karl (qui a décidément un sens de l’humour très particulier). Le morceau d’anthologie de l’épisode réside bien sûr dans le strip-tease de Susan sur la scène du « Bonnet B ». Force est de constater que Teri Hatcher est absolument parfaite et joliment souple ! En voilà une qui a bossé !

Dans les cas de Lynette et Gaby, la trame donne dans le pathos, juste ce qu’il faut, sans appuyer avec un résultat intéressant.

Même si l’on sait depuis longtemps de façon sous-jacente que Gabrielle a tout fait pour mettre son passé de jeune mexicaine pauvre derrière elle, maintenant qu’elle a des enfants, la question de la transmission de l’identité se pose. Entre drôlerie et tendresse, le couple Solis est très attachant.

Ce qui apparaissait au départ comme une nouvelle crise de jalousie/insécurité à la Lynette se transforme en un émouvant discours sur l’incapacité des Scavo et surtout de Madame à parler de la mort de son bébé. Le face à face entre Tom et Lynette est beau, simple, comme eux.

12ème épisode de cette saison 6 et rien n’avance vraiment. En panne d’inspiration, Monsieur Cherry ?

avatarUn article de .
10 commentaires