Dexter – An Inconvenient Lie (2.03)
Il y a un sentiment de frustration. Comme si Dexter était capable d’être bien meilleur, et que quelque chose bloquait. Ce sentiment ne me touchait pas autant la saison passée. Peut être ai-je l’impression que Michael C. Hall est trop bon pour cette série ? Qu’il mériterait bien mieux ?

La première mauvaise idée de la saison est d’envoyer Dexter chez les drogués anonymes. L’introduction du nouveau personnage féminin et cette histoire de Dark Passenger (titre « Le passager noir » VF du deuxième ouvrage pour info) me laissent perplexe. Déjà, je n’accroche pas donc à la demoiselle Lyla, qui respire un peu trop l’assurance. On va définitivement croire que j’ai un problème avec ce type de personnage, mais pour être plus précise, j’ai un problème avec ceux qu’on met en scène en montrant qu’ils savent. Ce qu’ils savent, on s’en fout. Ils savent, c’est tout. Et cela, avec des acteurs n’ayant pas les épaules pour assurer tant d’orgueil, je trouve que cela sonne faux. Résultat : Lyla sonne faux. Cette histoire permet enfin à Doakes de lâcher Dexter. La découverte des réunions fait que Doakes parait respecter soudainement Dexter. Ce n’est pas pour autant qu’il perd toute sa méfiance. Mais, il croit comprendre. J’espère que Doakes aura alors droit à un vrai développement, qu’il soit mis un peu plus en avant.

Le meurtre de la semaine pour Dexter va lui permettre de réaliser ce que nous, téléspectateur savons déjà depuis longtemps. Il nourrit des sentiments envers Rita. Il ressent. Tellement aveuglé par l’idée de n’avoir aucune émotion, Dexter ne s’en était pas rendu compte. C’était assez bien fait, la discussion avec le futur mort, alors attaché à la table est une scène bien sympa.

En parallèle, l’enquête de l’agent du FBI Lundy va progresser, en grande partie grâce à Debra. J’aime beaucoup le personnage, je trouve que le fait qu’on lui donne un vrai aspect professionnel, sans en faire un homme imbu, mais finalement assez sobre. Il connaît son travail, et il le fait bien. Voire très bien. Voilà ce qui se dégage du personnage, et je trouve que c’est impeccable, pile ce qu’il fallait au vu des circonstances. Debra, donc, qui veut être défait de l’affaire, récupère les témoignages de familles, d’amis de personnes disparus, et fait un lien entre deux personnes disparues, toutes les deux ayant été en prison. On sait tous approximativement où cela va mener.

En conclusion, du Dexter, comme d’habitude.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire