Dexter – See-through (2.04)
La mère de Rita vient lui rendre visite. La traque du Bay Harbor Butcher continue, Masuka pense avoir fait une découverte qui va faire avancer l’enquête. Doakes enquête sur la mort d’une femme qui semble tuer par un ex-ranger.

Alors, avant de commencer, vu que Carole faisait jusqu’ici les reviews, mais que son emploi du temps pour les semaines à venir ne va pas lui permettre d’être aussi assidue qu’auparavant, je prends l’intérim. Mon point de vue sur la série est assez proche du sien. J’avais apprécié la saison 1, mais elle était loin d’être aussi parfaite que la rumeur le laissait croire. J’ai imputé la majorité de ses défauts au livre dont elle tirait son histoire. Maintenant que le livre n’est plus là, qu’en est-il ?

Et bien ce brave Dex, c’est une vraie chochotte. Il n’arrête pas de se plaindre, d’avoir peur de tout. Il développe des craintes pour tout et n’importe quoi. Du coup, il passe l’épisode à se geindre en voix off. Merde, Dex, t’es un sérial killer, agit comme tel !

Le plus déroutant là-dedans, c’est le fait qu’il n’a de cesse de répéter que lui n’a pas de cœur, pas de sentiments. Ça donne l’impression qu’il essaie de se convaincre lui-même, car des sentiments, il n’arrête pas d’en avoir, et ça devient lourd. Oui, il joue la comédie, et les flashbacks sont là pour nous montrer quand ça lui a pris, mais entre sa voix off et son comportement, on n’arrive plus à savoir quand il n’est pas ce qu’il prétend être, et vice versa. Où est passé le vrai Dexter qui jubilait à la vue d’une bonne giclée de sang ? Où est ce brave Dexter qui aurait tout fait pour éviter de rencontrer la mère de Rita, de peur d’un trop-plein de sociabilité ?

Dex devient transparent, mais bon, il est devenu un accro anonyme, ça y joue peut-être. Ce qui nous amène à Lila, sa marraine aux AA. Personnage entrant dans le cliché du nutcase traditionnel, et dans lequel notre tueur va finir par trouver une compagne de folie, on sent les symptômes d’une « folie à deux » se développer.

Au final, entre Lila et Rita, Dexter semble avoir laissé sa personnalité au placard, se laissant diriger par les deux femmes. Ça le ralentit, ça le pousse à réagir bien trop tard, à ne pas poser les bonnes questions, à être complètement à côté de la plaque. À ce rythme-là, il devrait logiquement finir pendu à la mi-saison, mais on sait que cela ne sera pas le cas, la série s’appelle Dexter après tout.

Sortie de tout ça, Maria va récupérer son job à la tête de la section Homicide. On découvre une femme manipulatrice et sans pitié, qui a su jouer ses cartes comme il le fallait, et placé ses coups sous la ceinture. Elle pourrait presque en apprendre à Dexter.

Debra va tenter de se redévelopper une vie sociale, elle va le jouer comme un 44 tonnes, mais il semble que ça va passer. La voilà sur une bonne voie pour retrouver une vie plus normale.

Doakes et le militaire. On revient brièvement sur son passé au travers d’un meurtre clairement commis par un homme au même passé que le sien. Il voit comment il aurait pu tourner, et nous on découvre une nouvelle facette de ce personnage qui mériterait bien plus au sein de la série.

Deux choses pour finir. Lundy devrait être un peu plus présent à mon avis. Ensuite, Harry et les flashbacks n’ont plus de réel intérêt. Il ne faut pas les supprimer, mais leur redonner leur place. Dans la saison 1, ça apportait une ligne directrice pour l’épisode et le personnage de Dexter. Maintenant, c’est franchement dispensable, il faut que ça change.