Dexter : la saison du fléau (Saison 6) - Critictoo Séries TV

Dexter : la saison du fléau (Saison 6)

2 Fév 2012 à 8:13

Miami est accablée par un tueur en série qui met en scène des tableaux sortis du livre de l’Apocalypse. Pendant ce temps, Debra est promue lieutenante, alors que Dexter s’interroge sur l’héritage qu’il laissera à Harrison.

La fin de la saison 5 de Dexter laissait la porte ouverte à beaucoup de choses. Ainsi, la nouvelle équipe créatrice a pu repartir dans une nouvelle direction sans subir la pression d’un énorme cliffhanger (cf. le meurtre de Rita).

Les choses commencent donc plutôt sereinement. Tout d’abord, le ménage est fait à Miami Metro puisque Debra est promue au rang de Lieutenant, à la place de Laguerta qui devient Capitaine. Cette nouvelle position est riche en possibilités pour Morgan qui se retrouve à faire de la politique, alors qu’elle a toujours été une femme d’action. Elle convainc rapidement l’équipe et le spectateur, et fait souffler un vent de fraicheur dans les couloirs de la division homicide. Jennifer Carpenter en ressort comme étant la grande gagnante de cette saison et elle n’a pas à rougir face à un Michael C. Hall en pilote automatique.

En ce qui concerne ses collègues, disons que l’on a connu pire. Là encore, c’est le grand nettoyage de printemps et l’aspect soap opera est grandement atténué. Ainsi, Laguerta (redevenue une garce) et Batista ne sont plus en couple, tout comme Debra et Quinn. La série s’en retrouve allégée, ce qui n’est pas un mal, et de nouvelles têtes font leur apparition. Si le nouveau détective (Billy Brown) fait plante verte, on ne peut pas en dire autant des stagiaires de Mazuka – qui a le chic pour choisir les dérangés.

Dans tout cela, Dexter n’est plus constamment sur le point d’être attrapé par ses collègues. Heureusement, car cela devenait ridicule. Le tueur en série bénéficie d’un nouvel « ami de la saison », en la personne du frère Sam (Mos Def), qui s’accorde au thème général de la saison : la religion. Cela donnera lieu à un peu plus d’introspection de la part de Dexter, même si, à ce niveau, on préférait souvent qu’il se taise. On retiendra tout de même l’épisode 7, Nebraska, comme l’un des points forts de la saison. Dexter y revisite l’affaire Trinity, accompagné de son frère le Ice Truck Killer, une conscience bien plus sympathique que le monolithique Harry.

Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin. Dès lors que la série va se concentrer sur l’arc principal de la saison, celui-ci va se révéler faible et Dexter va retomber dans ses travers habituels.

Nous avons donc deux tueurs en série pour le prix d’un cette année : Travis Marshall (Colin Hanks) et son mentor, le Professeur Gellar (Edward James Olmos). Surnommés le Doomsday Killer (DDK, pour les intimes), ces joyeux lurons recréent des tableaux sortis du livre de l’Apocaplypse, en attendant une fin du monde imminente. Autant dire que la glauque est bien au rendez-vous.

Si les comparses font illusion dans un premier temps, le twist autour de Gellar marque le moment où la saison bascule dans la médiocrité. N’est pas Trinity qui veut et, je dirais même plus, n’est pas John Lithgow qui veut. À ce stade, c’est pratiquement devenu une malédiction que la série semble incapable de dépasser. Toute comparaison mise à part, Travis Marshall apparaît bien trop souvent comme un méchant de dessin animé que l’on a du mal à prendre au sérieux. Colin Hanks n’est pas aidé par des dialogues risibles qui sombrent régulièrement dans le grand-guignol.

Tout cela vient plomber la fin de saison qui n’a pas grand-chose à offrir, hormis la vendetta de Dexter qui peut compter sur Jamie (Aimee Garcia), la babysitter reine des heures sup. Vous me direz, c’est toujours moins pénible que de regarder la descente aux enfers de Quinn.

Décidément bien à court d’imagination, les scénaristes finissent même par verser dans le sensationnalisme et la provoc facile, lorsque Deb fait face à ses sentiments les plus inavouables lors d’une séance chez la psy. Serait-ce là le vrai signe annonciateur de l’Apocalypse ?

Quoi qu’il en soit, les intrigues sont bouclées de façon ultra conventionnelle, ce qui est devenu la norme pour la série. Les auteurs semblent se reposer uniquement sur leur cliffhanger de fin qui aurait dû arriver il y a déjà quelques saisons de cela, ou tout au moins l’année dernière.

Et c’est bien cela le problème de cette saison 6. À vouloir repousser indéfiniment l’inévitable, les scénaristes se sont retrouvés en panne d’inspiration. Et malgré leurs meilleures intentions, cela finit par donner une saison « bouche-trou », en attendant la vraie révolution qui pourrait venir dans la saison 7, ou non.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link