Dexter essaie de convaincre Lumen de quitter Miami, mais celle-ci à une autre idée en tête, elle veut se venger. Debra n’a qu’une seule piste dans son affaire, un tatouage.

Les choses avancent doucement, mais surement. Le principal problème est de savoir dans quelle direction. Entre Dexter et Lumen, rien ne semble vraiment décidé. Lui veut qu’elle rentre chez elle, et elle, elle a la vengeance en tête et aimerait bien que son sauveur l’assiste dans la tâche. Mais le meurtre n’est pas un job pour amateur et Dexter ne dit pas vraiment non à l’offre, il désire juste qu’elle ne soit pas là pour le faire.

La dernière fois qu’il a eu un partenaire, ça ne s’est pas très bien passé, mais il apparait clair que ce n’est pas pour ça qu’il la repousse. C’est juste que, dans certaines limites, elle est plus un risque pour lui que pour les potentielles victimes.

Quoi qu’il en soit, l’épisode va avant tout servir à pousser Lumen à accepter ce que Dexter tente de lui faire comprendre. Pour ce faire, on va suivre une piste un peu trop bien balisée. D’ailleurs, le gros problème de First Blood est la narration en voix off qui est trop présente, délivrant bien plus d’informations que nécessaire. On arrive au point où Harry annonce à Dexter ce qui va se passer et ce dernier n’écoutant pas la voix dans sa tête, doit réaliser par lui-même qu’il aurait dû. Le truc est qu’il ne retient pas la leçon et qu’on recommencera le même cinéma la prochaine fois. Conclusion, si Harry pouvait arrêter d’être aussi clairvoyant, voir Dexter faire face à ses erreurs serait moins pénible.

Dans tout ça, Lumen peine à sortir de son rôle d’accessoire scénaristique secondaire, même si ses brèves altercations avec Dexter lui offre l’opportunité d’exister en tant que personnage. Il va sérieusement falloir lui trouver une place dans la série qui lui donne ce qui est nécessaire pour devenir plus qu’un souci parmi tant d’autres pour le tueur.

En parallèle, cette histoire se voit ajouter une complication qui vient de Quinn. Et c’est presque une surprise vu la difficulté qu’a le personnage à se montrer utile à la construction de l’intrigue. Mieux, tout ceci se fait grâce à Laguerta et Batista. C’est un peu comme s’il fallait que tout ce qui ne fonctionne pas en ce début de saison entre en collision pour faire apparaitre le commencement d’une idée viable. Reste à voir comment elle va grandir maintenant.

À côté, nous avons Deb qui fait son travail et qui avance donc dans son affaire. C’est certainement une bonne chose, mais, malgré les derniers évènements, cette storyline semble légèrement mise en retrait. Elle doit clairement mener Debra quelque part, mais en attendant que l’on nous révèle où, elle parait destinée à juste combler le vide. Heureusement, cela implique Masuka, ce qui rend l’ensemble un peu plus mémorable.

Pour finir, Harrison a le droit de recevoir un peu d’attention de la part de son père. L’occasion de ramener en avant le possible impact qu’a eue la mort de Rita sur son fils. Il est vraiment trop tôt pour savoir s’il y a quelque chose derrière ça, mais au moins, ça nous rappelle que Dex a aussi un rôle de père à jouer.

Au final, cet épisode laisse apparaitre que cette saison est toujours en train de s’installer et qu’il serait temps que ça s’arrête. L’intrigue de la saison n’arrive pas à véritablement se mettre en route, et cette absence de direction ferme donne une impression de brouillon qui n’aide pas à convaincre. Tout semble désormais reposer sur Lumen. Si elle parvient à se trouver une véritable place dans la série, elle pourrait permettre à l’ensemble de passer à la vitesse supérieure. En attendant, il faut se satisfaire des petites choses, ce qui risque de devenir rapidement lassant.