Dexter est désormais un père célibataire qui doit s’occuper de trouver une nouvelle maison pour sa famille, mais il devient obsédé par trouver une nouvelle victime. Un corps décapité est trouvé dans un quartier difficile.

Dexter doit à présent s’investir dans son rôle de père célibataire. Sa première mission : trouver une nouvelle maison pour lui et les enfants. Le problème est qu’Astor refuse cette idée et a du mal à contenir sa colère. Elle en veut à son beau-père, mais pas véritablement pour ce que l’on croit. L’épisode va graduellement se construire autour de ce problème, utilisant l’attachement de Dexter pour les enfants.

On a beau nous répéter depuis le début qu’il n’a pas d’émotions, le dire n’en a jamais fait une réalité. Et quand il admet ce que les enfants lui apportent, il est clair que l’on ne peut plus retourner dans cette vieille routine de déni.

De ce fait, la crise familiale parvient à fournir une réelle force à cette période de transition. Christina Robinson qui joue la jeune Astor a bien grandi depuis les débuts de la série et est heureusement devenue une actrice pouvant s’affirmer à l’écran, possédant ainsi de quoi permettre à son personnage d’imposer ses convictions et d’entretenir le conflit avec Dexter. Ces scènes familiales donnent un véritable intérêt à l’épisode, délivrant de quoi connecter avec ce qui se passe dans le show.

À côté de ça, on trouve toute la mise en place que l’on aurait pu espérer avoir dans le season premiere. Certes, la construction de la saison est annoncée comme différente, Dexter enchainant de courtes story-arcs face à des tueurs au lieu de n’en affronter qu’un sur la saison, mais c’est probablement la meilleure évolution qui pouvait se produire à ce niveau de la série. La routine du tueur annuel perdait de sa valeur et voici donc Dexter pistant Boyd (Shawn Hatosy), un homme qui a tout de l’adversaire idéal.

En temps normal, la chasse serait bouclée en un épisode, mais là, on va voir cela se construire sur un peu plus longtemps, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, car ça évite de prendre trop de temps sur les autres storylines de l’épisode.

Parmi celles-ci, les problèmes de couple entre Angel et Maria peinent à trouver plus d’intérêts que leur affaire sentimentale la saison dernière. Par contre, la partie policière standard pose elle aussi des fondations solides pour bâtir une intrigue sur la durée qui pourrait posséder un véritable intérêt – en plus de donner à Masuka de quoi nous distraire.

En parallèle, nous continuons à voir Quinn qui s’intéresse au cas Dexter. Espérons que ça tourne bien, car le personnage n’est toujours pas parvenu à briller après deux saisons.

Au final, ce second épisode souffre un peu de la mise en place de la dernière chasse de Dexter (question de timing), mais il se montre plus intéressant que le season premiere, offrant autant sur l’aspect émotionnel que sur celui de la construction des bases de la saison, de quoi faire naitre un certain enthousiasme. Ce qui est tout ce qu’on pouvait en attendre.