Deb va apprendre à Anton qu’il n’est plus obligé de faire l’indic. Peu de temps après, elle perd le contact avec lui. Miguel veut passer à l’étape suivante, tuer lui-même leur prochaine victime.

Cette semaine, Dexter théorise en voix-off sur l’effet papillon. Tout ça pour en arriver au moment où il devrait comprendre que ce qu’il va faire va avoir des conséquences et qu’il risque beaucoup, juste par défiance envers sa conscience – personnifiée par Harry.

Miguel va donc réclamer que Dexter le laisse passer à la vitesse supérieure, que lui aussi puisse tuer. Il faut donc que l’apprenti apprenne le code du maitre, même s’il ne saisit pas trop son importance. On arrive donc à ce qui avait été annoncé avant que la saison ne commence, Dex a un protégé, mais on se doute déjà que tout ça va mal finir, surtout pour Miguel. Ce n’est pas la révélation surprise de fin d’épisode qui laisse croire ça, car en fait, depuis le début c’est une certitude, juste que maintenant, il n’est plus possible de faire marche arrière. Le truc c’est que Miguel n’est pas aussi intelligent que son instructeur. La preuve : il n’a pas encore compris que c’était lui le Bay Harbor Butcher. Ensuite, il est impulsif et a du mal à s’intéresser aux détails, juste le résultat le motive. Bref, ce n’est pas l’élève idéal.

Le problème de cette saison est clairement son manque de rythme, causé certainement par l’absence de risques pour Dex et par le fait que les deux principales intrigues – le skinner et Miguel – se développent de manière bien trop distincte. À ce niveau-là, difficile de vraiment savoir si elles vont se rejoindre, mais il est encore temps de mettre notre héros dans une situation dotée d’enjeux dramatiques un peu plus conséquents.

Pour Deb, c’est pareil, ça n’avance pas très vite. Sa relation avec Anton a aussi bien évolué. Elle ne va pas faire de lui son apprenti, mais son amant. On s’en doutait depuis longtemps. La surprise, c’est qu’Anton va disparaître après qu’il ait appris qu’en fait, il n’était pas lié à la police, que Quinn avait économisé un peu de paperasserie pour faire de lui son informateur. Cette intrigue va surement nous réserver quelques surprises – plus que la vie amoureuse d’Angel qui manque totalement d’intérêt.

Entre Deb et son coéquipier, les choses s’arrangent et l’enquête sur le tueur semble enfin avancer. Ce n’est pas grand-chose, car le petit revirement final va peut-être se transformer en … rien, mais il ne semblerait pas que ce soit le cas.

Cet épisode souffre des mêmes mots que les précédents : manque de rythme, des personnages secondaires à l’intérêt limité, des enjeux faibles aux conséquences mal définies. On termine là le second tiers de la saison, il est donc temps de se lancer dans la dernière ligne droite avec un petit coup de boost.