diamonds

Dimanche 17 mai 2009 à 11:34 | 0 commentaire | | | |

Diamonds (Série Complète)

par .

Un Sénateur (Judy Davis) voyage jusqu’à l’Est du Congo, où se trouve des mines de diamants, pour comprendre ce qui est arrivé à sa fille, tuée dans un massacre. Sa route ne la conduira que sur un terrain de mensonges et de sang qui ne voit le jour que pour les pierres précieuses. Dans ce business, de Londres à Cape Town, des entreprises s’affrontent pour avoir les diamants les plus miroitants. Alors que Lucas Denmont (James Purefoy) usurpe à son père Piers (Sir Derek Jacobi) sa place en haut de l’entreprise, Stephanie Dresser (Joanne Kelly) est envoyé dans le nord du Canada pour dénicher des diamants.

Certaines (mini)séries ont un don pour passer inaperçue, et encore plus quand elle possède une production qu’on peut qualifier d’internationale. À croire que ce modèle économique qui offre la possibilité de réduire les coûts financiers d’un projet, tend aussi à diminuer le budget consacré à la publicité.

publicite

C’est un peu comme cela, qu’un jour, en ouvrant le programme, on réalise que ladite mini-série, dont on avait entendu parler au vu des noms au générique, a été diffusée sur Canal + (en avril), mais qu’à l’évidence, peu de personnes se sont penchées sur la question.

Manquerait-il quelques diamants à cette production ? Elle ne brille pas de tous les éclats, c’est sûr, mais mérite largement qu’on se penche sur son cas.

À travers plusieurs intrigues, Diamonds nous entraine dans ce monde si difficile à aborder que celui de la corruption et de la manipulation que la pierre précieuse entraine, de son extraction à sa vente. Sujet quelque peu épineux, car avant tout complexe, les rouages de la machine, et des pertes qu’elle doit causer, sont ici assez bien mis en scène, en grande partie avec la compagnie Denmont, travaillant plus ou moins à Londres, sortant ses diamants d’Afrique, soupçonnés d’y parvenir par marché illégal, et menacé par un rival au travail dans l’Arctique Canadien.

De l’Angleterre au Canada, en passant par l’Afrique, Diamonds est donc allé dans ces pays pour nous offrir une image réaliste, qui privilégie l’authenticité à l’esthétisme. L’ensemble se révèle avant tout sobre, peut être un peu trop, manquant parfois d’entrain et souffrant d’une mise en place un peu longue – symptôme commun à ce type de production, celle-ci possédant en plus multiples storylines.

Il ne s’agit alors pas que d’aborder l’exploitation minière du diamant et ses méfaits, comme c’est souvent le cas quand on s’attaque à ce sujet, mais aussi de montrer la cupidité, la corruption des dictatures, et la froideur des hommes en haut de ce business. Le tout laissant à l’occasion la place à un peu plus de glamour, sans pour autant nous faire oublier qu’une vie ne vaut pas grand-chose quand des millions de dollars sont en jeu.

Diamonds est à l’arrivée une mini-série qui fut bien menée, et soutenue par un casting de qualité.

Partager cet article

Autres séries
publicite
52 queries. 0,771 seconds.