Après une longue absence, Le Docteur est de retour à New York pour stopper une énième invasion de la Terre. Il devra alors compter sur l’aide de Nardole, ainsi que du super-héros The Ghost pour mener à bien sa mission.

Voilà maintenant une année complète que Doctor Who n’a pas gracié de sa présence à la télévision, rediffusions exclues. Dès lors, dire que le retour du Docteur était attendu n’est pas si surprenant et il ne tenait qu’à Steven Moffat pour nous délivrer quelque chose de grandiose pour célébrer les fêtes de Noël. Seulement voilà, Le retour du Docteur Mysterio n’est pas un épisode de Noël conventionnel. La fête n’est d’ailleurs que rapidement mentionnée et l’ensemble s’oriente plus vers les comédies romantiques à découvrir pendant la période qu’en direction d’un quelconque esprit festif.

Il faut alors prendre pour acquis qu’on ne cherche pas à nous parler de Noël ou à utiliser la célébration comme prétexte pour nous raconter l’histoire d’une énième invasion extra-terrestre. Le retour du Docteur Mysterio est en fait un hommage à toutes ces histoires de super-héros qui ont fait rêver tant d’enfants, d’adolescents et d’adultes au cours des années. Superman arrive d’ailleurs en tête de liste comme inspiration principale pour les personnages de The Ghost (Justin Chatwin) et Lucy Fletcher (Charity Wakefield).

Le problème est que cet épisode de Doctor Who ne dépasse jamais sa formule de base. L’ensemble se déroule sans surprise aucune, réutilisant tous les poncifs possibles des histoires de super-héros sans les transcender à un moment ou à un autre. Il est certain que le désir n’était pas de créer du neuf d’un sujet déjà utilisé jusqu’à l’usure, mais il était cependant possible d’en attendre un peu plus en termes d’intrigues quand on voit la diversité présente dans les épisodes des années précédentes. La vérité est que ce Christmas Special ne donne pas vraiment l’impression de proposer quelque chose appartenant au Whoniverse.

De plus, ce n’est pas cette histoire d’invasion anecdotique qui viendra infirmer ce constat. Si la forme de vie extraterrestre était déjà apparue dans The Husbands of River Song brièvement, cela n’enlève en rien le peu d’intérêt qui leur est concédé dans Le retour du Docteur Mysterio. Leur présence apparaît alors comme un prétexte bancal pour introduire un possible nouvel ennemi pour la prochaine saison ainsi que pour créer un minimum de conflit pour The Ghost.

Finalement, l’un des bons points à retenir est la présence de Nardole (Matt Lucas) qui excelle comme nouveau compagnon. Le personnage n’a peut-être pas eu énormément de temps pour prendre ses marques, mais il parvient sans grand mal à s’imposer comme étant le meilleur choix pour contrebalancer la froideur du Docteur (Peter Capaldi). Il sera plaisant de le retrouver pour la dixième et dernière saison de Moffat alors qu’une nouvelle compagne devrait rejoindre le T.A.R.D.I.S.

En conclusion, Le retour du Docteur Mysterio n’est pas un épisode de Noël complètement satisfaisant quand on le compare à ce qui a pu être fait par le passé. La simplicité de l’intrigue et les raccourcis empruntés pour rendre hommage aux comics et films de super-héros fonctionnent pour une aventure indépendante, mais manque le coche quand il s’agit d’offrir le festif ou le grandiose escompté. Il n’en reste pas moins que par son manque d’envergure, cet épisode de Doctor Who parvient au moins à parler au plus grand nombre et à faire écho à des problématiques beaucoup plus terrestres.

Publié en décembre 2016, cette critique est remise en avant à l’occasion de la diffusion ce samedi 18 mars à 19h45 sur France 4.