Doctor Who : Le monument fantôme (11.02)

Tout le monde dans l’espace. Au sens propre comme au figuré. L’épisode reprend dès la fin du premier épisode de cette saison 11 de Doctor Who avec la Doctor et ses compagnons en apesanteur au fin fond de la galaxie, alors qu’elle pensait atterrir seule dans son Tardis. Graham et Ryan sont sauvés par Angstrom, une chasseuse de prime, tandis que la Doctor et Yaz font de même avec Epzo, également chasseur de primes en détresse. Ils allaient chacun de leur côté sur Desolation, une planète où un prix inestimable attend celui qui trouve The Ghost Monument.

Les voilà donc lancés dans leur seconde aventure et première qui les propulse en terre alien, contre des ennemis presque invisibles (à la fois dans le récit et à l’écran), les Remnants. Ils sont embarqués dans une quête qui va rapidement prendre une importance nouvelle pour la Doctor. Le scénario se veut un peu trop intelligent et clairvoyant par moments, anticipant les questions que le spectateur se serait posées à la fin de l’épisode, à tête reposée (la traduction alien par exemple), rendant le récit à la fois maîtrisé et un poil frustrant de ne laisser aucune place au mystère. Il n’en reste que cette chasse au trésor au rythme effréné est indéniablement efficace et profite de cette absence de temps mort pour proposer l’aventure qui manquait cruellement depuis que Matt Smith est parti. Cela a ses revers — on explore peu les personnages — mais quelle idée merveilleuse de faire du Tardis un Graal, motif de leur recherche, mais aussi du lieu sain par excellence dans une traversée du désert qu’ils vont éprouver tous ensemble.

The Ghost Monument est donc le vaisseau du Doctor, le grand absent du season premiere. Le retrouver aussi facilement sur une planète sur laquelle elles et ils sont arrivé.e.s par erreur est un tour scénaristique que l’on pardonne assez aisément. En effet, cela donne surtout lieu à une recherche passionnante, sans enjeu complexe autre qu’atteindre l’efficacité d’un point A à un point B. L’étendue désertique et Ilin, sorte de maître du jeu providentiel qui les accueille et annonce le prix, sont parfaitement propices à créer un terrain de jeu où Chris Chibnall va pouvoir faire ses armes avec brio.

Le showrunneur déplace alors l’aspect « enfantin » que Doctor Who porte dans son ADN en l’inscrivant dans la structure même de son récit — des épreuves, des monstres, une tour, un butin —, mais en l’emballant dans une imagerie beaucoup moins réconfortante, beaucoup plus adulte. La réalisation de Mark Tonderai, avec ses références à la Mad Max Fury Road, apporte une réelle plus-value par le changement qu’elle apporte, une réelle ligne artistique se construit dans la lignée du season premiere et en contrepoids de ce qui a été l’identité de la série jusqu’ici.

“He’s got a point, Doc.”

Cela se ressent également dans l’équipe qui accompagne la Doctor de Jodie Whittaker. Elle parvient à imposer un sentiment de troupe de manière assez fluide et à trouver une place légitime et originale. Il leur fallait une mission sans enjeux humains ou trop dangereux pour les faire rester, tout comme une Doctor qui ne leur fasse pas peur avec son passé, les rassure de ses capacités tout comme elle les laisse exister par eux-mêmes, en leur donnant la parole, fait assez rare (seule Amy Pond avait cet espace). Ce sont même eux qui ont le fameux « pep talk » quand tout paraît perdu, inversant alors les deux pôles que l’on a l’habitude de voir dans la dynamique de Doctor Who.

Les seconds couteaux présents dans cet épisode, Angstrom et Epzo, ne sont pas en reste. Chacun est installé dans les premières secondes de l’épisode, sauvant l’équipe d’une mort certaine. Puis, une rivalité ludique s’empare d’eux et les intègre rapidement. Ils portent tous deux des enjeux propres pour être ici, dont la simplicité égale l’efficacité : Angstrom veut le prix pour sauver sa famille alors qu’Epzo cherche à exorciser un manque de confiance en lui instillé par sa mère. Clair, concis et utile.

Sans ambages, il dessine l’intrigue qui, semble-t-il, va occuper la saison et que l’on pensait conclue dans le précédent épisode. The Remnants, ennemis plutôt effacés au final, ne sont qu’un prétexte pour installer un fil rouge avec le retour du Stenza, tribu de Tzim-Sha, l’alien chasseur du premier épisode et qu’Angstrom connaît. L’approche franche diffère de ce que l’on a pu voir jusqu’ici dans la série, préférant le frontal pour ensuite construire un véritable antagoniste, une intrigue qui ne se dévoile pas morceau par morceau, mais avance d’ores et déjà. C’est audacieux, intelligent et prometteur tant cela correspond également à la personnalité que la Doctor se dessine.

Avec Chris Chibnall, on ne tournera pas autour du pot. Dans ce second épisode, il impose définitivement sa patte, beaucoup plus directe que celle de son prédécesseur, et c’est sûrement ce dont Doctor Who avait besoin pour se renouveler en profondeur. Jodie Whittaker réussit aussi à enfiler le costume sans tirer la couverture à elle-même et un équilibre nouveau est atteint entre tous les éléments qui font de The Ghost Monument un excellent épisode, augurant, je l’espère, une saison à la hauteur.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link