Les 10 personnalités du docteur (partie 1/2)

Doctor Who a fait son apparition en 1963 sur la télévision anglaise. Si aujourd’hui, il est surtout connu sous les traits de David Tennant (ou Christopher Eccleston), d’autres ont prêté leur visage à ce personnage emblématique. Car, oui, la caractéristique principale du Docteur est sa capacité à se régénérer, qu’il tient de son peuple, les Gallifréens. À chaque fois, une nouvelle apparence, et une personnalité bien définie.

 

Nous allons alors nous intéresser d’un peu plus au fameux Docteur et faire un petit voyage dans le temps pour découvrir toutes ces facettes.

L’aventure commence quand deux professeurs Ian Chesterton et Barbara Wright enquêtent sur la jeune Susan, une étudiante qui possède de grandes connaissances scientifiques et historiques beaucoup plus étendues que celle d’une fille de son âge. C’est alors qu’ils vont découvrir le Tardis et se trouver involontairement embarqués dans un voyage avec le Docteur

Docteur 1 (incarné par William Hartnell)


Saison 1 à 4 : De An Unearthly Child à The Tenth Planet (1963-1966)

Dès le début, le premier Docteur est un personnage mystérieux. Il apparaît comme un vieil homme, malgré le fait qu’il est l’incarnation la plus jeune du Docteur. Il possède de grandes connaissances en sciences, bien qu’il ne fût pas toujours capable de piloter le Tardis pour les voyages temporels. Il est au d’abord accompagné par sa petite fille Susan qui dit de lui qu’il a tendance à oublier les choses. Il est abrupt, condescendant et acariâtre envers ses compagnons de route humains, à cause du fort lien affectif qui le lie à Susan. Il se méfiait beaucoup de Ian Chesterton et Barbara Wright, qui ont été forcés de voyager avec lui, mais avec le temps, ils sont devenus plus proches.

Il s’est aussi révélé parfois cruel, et capable de mentir. Il a une fois essayé de tuer pour atteindre ses objectifs.

Avec le temps, le Docteur a fini par apprécier ses voyages dans le temps et l’espace, emmenant du monde avec lui, et toujours réticent et triste à les voir partir, même s’il savait que c’était pour leur bien. La personnalité du Docteur s’est adoucie avec le temps, en particulier au moment de l’histoire Marco Polo (en 7 parties). Quasiment absent pendant tout l’épisode 2, à son retour, il est plus familier, et plus doux.

Malgré son âge, il n’a jamais été conservateur, et il était contre toute forme de tyrannie ou d’autorité.

C’est dans cette période que le Docteur rencontra ses pires ses plus résistants adversaires : les Daleks et les Cybermens. À force de combattre ces derniers, le premier Docteur est devenu plus faible, jusqu’à perdre connaissance, en partie à cause de son âge. C’est à ce moment-là qu’il se régénéra en second Docteur.

Note :Susan Foreman est considérée comme la petite-fille du Docteur, l’appelant grand-père. Aucune preuve n’a encore affirmé s’il s’agissait réellement d’un lien biologique, ou s’il n’était question que d’un lien affectif.

Docteur 2 (incarné par Patrick Troughton)


Saison 4 à 6 : De The Power of the Daleks à The War Games (1966-1969)

Surnommé le ‘Comisc Hobo’, le second Docteur se montre plus débraillé et enfantin que sa première incarnation. Un côté plus comique ressort de sa personnalité. Intelligent, et avec toujours une longueur d’avance sur ses ennemis, le Docteur est assez calculateur, et s’il se comporte un peu comme un fou, cela lui donne souvent l’avantage sur ses adversaires qui sous-estiment ses vraies capacités. Il apparaît alors plus comme un manipulateur, bien qu’il agisse dans le but de donner naissance à de bonnes actions.

Malgré sa façon de fanfaronner, et une tendance à paniquer quand les évènements deviennent incontrôlables, il agit toujours héroïquement et a pour but d’aider les oppressés.

Ce nouveau Docteur est donc plus fou, plus physique, et il est plus enclin à faire des blagues.

Sur sa route, il reverra les Daleks et les Cybermens, mais aussi de nouvelles menaces seront introduites : les Macras, les cruels Dominators, les Ice Warriors, et encore d’autres.

La vie du second Docteur toucha à sa fin quand il fut traduit en justice par son propre peuple, les Time Lords, pour avoir enfreint la loi de non-ingérence. Malgré les arguments du Docteur, considérant que son peuple devrait utiliser sa puissance pour aider les autres, il fut condamné à un exil sur la Terre, au 20e siècle, les Time Lords le forçant en même temps à aller vers une troisième régénération.

Docteur 3 (incarné par Jon Pertwee)


Saison 7 à 11 : De Spearhead From Space à Planet of the Spiders (1970-1974)

Les années 1970 marquent un tournant dans la série, symbolisé par la couleur.

Le troisième Docteur est souvent présenté comme un bon vivant, un professeur, et surtout le James Bond d’un autre monde. Il aimait les gadgets et les véhicules, tels que sa Whomobile et Bessie, un Roadster jaune-canari.

Alors qu’il passe le plus clair de son temps en exil sur Terre, il sera occasionnellement envoyé en mission par les Time Lords, où il endossera le rôle de médiateur. Il va développer un réel attachement envers ceux avec qui il travaille sur la Terre, à UNIT (United Nations Intelligence Taskforce), une organisation militaire, bien qu’il ne voudrait pas manquer une seule occasion de retourner dans les étoiles.

S’il est autoritaire, il est tout aussi prompt à critiquer l’autorité, n’étant pas du tout patient avec les bureaucrates et les formalités administratives.

Malgré son arrogance, ce troisième Docteur est très paternaliste avec ses compagnons, et développe une grande admiration pour son ennemi, le Maitre (un Time Lord), ainsi que pour son chef à UNIT, le brigadier Lethbridge-Stewart, avec qui il va devenir ami. Une fois son exil fini, il va même continuer à aider l’unité qui protège la Terre contre les menaces aliens.

Sur la planète Metebelis 3, le Docteur va subir un empoisonnement aux radiations, et, quand le Tardis va le ramener au centre de UNIT, il va perdre connaissance, et se régénérer en quatrième Docteur.

Docteur 4 (incarné par Tom Baker)


Saison 12 à 18 : De Robot à Logopolis (1974-1981)

Ce Docteur est un bohémien, qui va alors retourner à la vie dans l’univers. Il est encore plus excité par les découvertes et l’aventure que ses prédécesseurs. Il est imprévisible, jovial, brillant et sérieux. Il laisse toujours ses interlocuteurs dans le doute, se demandant s’ils ont toute son attention. Il est un excellent juge de caractère, et cela lui permet de vite rencontrer du monde, de se lier avec autrui, pouvant bien discerner qui est ami ou ennemi.

Il préfère utiliser son cerveau plutôt que ses muscles, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne sait pas se défendre : le quatrième Docteur sait manier l’épée, et est un lutteur.

Malgré son charme et son humour décalé, il est assez sombre. Il peut rapidement devenir sérieux, cynique même, et exerce un contrôle sur son environnement, même quand il fait l’idiot. Il peut aussi être furieux contre ceux qu’il juge stupides ou frivoles. Quand il prend les commandes d’une situation, il se montre assez autoritaire et égocentrique, mais il est souvent le seul à pouvoir résoudre le problème dans lequel il s’est mis.

Il a volontairement gardé ses distances avec son peuple, les Time Lords, même après la fin de son exil. Il paraissait alors plus enclin à une vie de solitaire.

Le Docteur a eu deux compagnons de routes majeures : Sarah Jane (déjà avec le troisième Docteur), avec qui il a eu une relation plus poussée, et elle fut profondément affectée par leur séparation. Puis Romana, une Time Lord, dont il fut particulièrement proche de la deuxième incarnation.

Docteur 5 (incarné par Peter Davison)


Saison 19 à 21 : De Castrovalva à Caves of Androzani (1981-1984)

Le cinquième Docteur est plus jeune, vulnérable, sensible et réservé. Il réagit souvent aux situations, plus qu’il n’en a provoqué. À la différence de ses prédécesseurs, il traite ses compagnons de route comme des membres d’une équipe, et participera aux évènements en étant parfois sous les ordres de quelqu’un d’autre.

Il déteste la violence et hésite régulièrement à prendre les choses en mains. C’était sûrement le premier Docteur indécis. Cela jouait donc un rôle et avait des conséquences sur le déroulement des évènements. Malgré cela, il était extrêmement courageux.

Il portait sur sa conscience la mort de son compagnon Adric, et cela lui avait fait réaliser à quel point son existence était dangereuse. Cela l’amena à se sacrifier pour sauver sa dernière compagne de route, Peri.

Lire la suite…

Tags : Doctor Who moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link