Dollhouse – Belonging (2.04)

Sierra est forcée de faire face à son passé quand les liens qui l’unissent à Nolan Kinnard refont surface.

Adelle : Were not slave merchants.

Oh, Adelle, c’est assurément la phrase la plus mensongère que tu es dite de toute l’histoire de la série! C’est beau de se mentir à soi-même, ce qui semble être une habitude. En tout cas, c’est ce qui se dégage de la conversation qu’elle tient avec Matthew Harding (Keith Carradine), qui occupe clairement un poste au-dessus d’elle. Et, si on se demandait comment la Dollhouse payait toutes ses factures, au-delà des clients, il y a des financiers plus importants que d’autres, comme Nolan Kinnard (Vincent Ventresca).

Nous avions rapidement rencontré Nolan dans Needs (1.08), et à ce moment-là, on savait déjà que cette histoire ne resterait pas dans l’ombre – sauf si la série avait été annulée en fin de saison 1. On ressort les fantômes du placard, en nous introduisant à Priya, artiste australienne dont va tomber complètement amoureux Nolan. Ce sentiment non réciproque va pousser l’homme dans ses retranchements, et sa bien-aimée à la Dollhouse.

Aujourd’hui, cela débloque un peu dans la maison de poupée. Echo possède une conscience fortement développée, et se met à lire, tandis que Sierra et Victor forment un couple. L’un dans l’autre, c’est clairement la formation d’une personnalité, en partie à l’aide des résidus d’empreintes, mais aussi, car à part quand on est un légume, il faut bien le dire, il est plus que difficile d’atrophier dans un environnement social (ce qu’est la Dollhouse) toute forme d’expression émotionnelle. Le plus perturbant là-dedans est finalement l’acceptation de tous de ce fait. Pas de surprise avec Boyd, qui a enfin de quoi s’occuper dans cet épisode, et autant dire que l’homme s’est plus qu’affirmé depuis le début de la série, il s’est offert une vraie personnalité, et cela lui est profitable.

Nous allons donc explorer le passé, celui de Sierra, lié à celui de Topher, et le présent. Le tout étant bien entendu mélangé. Du comment nous sommes passés de Priya à Sierra, au fait que notre petit génie de la doll n’est au fond qu’un homme qui voulait aider quelqu’un, et a été piégé, jusqu’au drame, pourrait-on dire, nous découvrons la personnalité d’origine de la jeune femme, les forces et faiblesses de Topher, et les conséquences qui vont avec.

J’ai aimé voir Boyd être cet homme de tête, loin de celui qu’il était en saison 1. J’ai aimé l’implication émotionnelle de Topher, le sortant du cliché dans lequel les intrigues ont tendance à enfermer le personnage. J’ai aimé Priya, attachante et forte. C’est simple, en fait, je crois que c’est un des meilleurs épisodes de la série.

Dans tout cela, oui Echo est bel et bien là, fait peu, et ce qu’elle fait, entre nous, est juste là pour nous introduire vulgairement à un avenir qui n’avait pas besoin d’être évoqué. Mais, au vu du contexte, et au vu de l’épisode, je préfère passer dessus.

Belonging est un excellent épisode, qui conclut ce mois d’octobre. La série s’absente durant les sweeps de novembre. On se retrouve donc en décembre.