Dollhouse - Needs (1.08)

Echo, Sierra, Victor, November et Mike se réveillent, avec leur propre personnalité, mais sans les souvenirs qui vont avec. Ils décident alors de s’échapper de la Dollhouse.

J’ai quelques difficultés à définir la qualité de cet épisode. Il y a quelque chose d’étrange dans ce à quoi on aboutit, avant tout car j’ai le sentiment que les raisons données à la fin pour justifier ce à quoi on a assisté ne sont aucunement crédibles. Il n’y a rien de pire que la sensation de gêne et de ne pas réussir à mettre les mots dessus.

Le début de l’épisode nous laisse croire, qu’encore une fois, la machine a déraillé. Même en prenant en compte le fait que la Dollhouse est récente et encore en période de perfectionnement (ce dont au fond, on espère que non, pour les 19 autres dans la nature), les dolls ont trop déconné depuis le début.

Alors, le petit retournement de situation, pour nous révéler que tout ceci est orchestré par Adele et son équipe, est bien vu. Juste les excuses trouvées à la fin pour justifier l’expérience qui sonnent creuses, c’est tout. Elle semble insinuer à un moment que cela devrait aussi permettre de tester le personnel. Difficile de nous faire croire à une brèche avec l’explication de fin.

Quoi qu’il en soit, l’épisode met encore une fois Caroline/Echo sur un piédestal, et même en trouvant que Miracle Laurie offre toujours une performance contestable, November/Mellie reste plus intéressante que le personnage principal. Mais pour moi ici résonne le gros défaut de la série. Cela aurait dû être un véritable ensemble show, et cela implique de ne pas avoir d’héroïne. Sierra et Victor restent mes préférés, car en plus d’être chaque semaine séduite par le jeu des acteurs, j’aime bien les évolutions faites. Sierra ouvre une étrange porte, qui va à l’opposé de ce que nous dit Adele. Pour la patronne, les personnes viennent à la Dollhouse pour effacer un souvenir pénible, apparemment cela fait partie du contrat, soit mettre une partie douloureuse du passé derrière soi. Ou alors, je dirais que cela offre une solution à un problème (au vu du dernier actif qu’on l’a vue recruter). Mellie entre parfaitement dans ce schéma, alors qu’on nous révèle que Sierra ne s’y est pas retrouvée volontairement. Quant à Victor, le mystère plane encore (j’ai par ailleurs oublié le nom fourni par Nolan sur Sierra, si quelqu’un l’a retenu).

La fin nous montre aussi la place du Dr. Claire Saunders dans toute la mise en scène. La médecin a jusque-là était très en retrait, et, avec ce qui lui est arrivé dans le passé, c’est bien de voir à quel point elle est impliquée dans son travail. Cela offre un peu plus de poids à sa présence dans les locaux. Elle mériterait d’être mise plus souvent en avant. En tout cas, au vu de sa dévotion, on peut l’éliminer de la liste potentielle des taupes.

L’épisode se laisse suivre sans trop de contraintes, continuant donc le développement mis en place, mais tout ce qui touche aux personnages (à l’exception de Caroline dans mon cas) me parait plus intéressant que l’univers de la Dollhouse.