Dollhouse - The Public Eye / The Left Hand (2.05 & 06)

November vient s’exprimer en public au cours d’une conférence de presse du Sénateur Perrin au sujet de la Dollhouse. Echo est alors envoyé auprès de Perrin pour le pousser à arrêter son combat, tandis que Ballard souhaite intervenir auprès de November. Rapidement, les évènements prennent une tournure inattendue, poussant Adelle et Topher à s’envoler pour Washington D.C. où se trouve une autre Dollhouse.

Après une longue pause, Dollhouse est de retour pour ses derniers épisodes sur la FOX, et autant que je sois honnête, je n’aurais sûrement pas regardé si je n’avais pas à écrire les critiques. Malgré mon peu de motivation, ces deux épisodes se sont révélés assez captivant, bien qu’imparfait dans leur structure et leur questionnement.

Un petit rappel plus tard (franchement nécessaire vu le nombre de vendredi passé sans la série), et l’épisode nous plonge directement dans son sujet, avec une conférence de presse où November/Madeline révèle avoir été utilisée par la Dollhouse. Elle est donc le témoin pour le Sénateur Perrin, alors qu’Echo – qui apparemment se balade comme elle veut, où elle veut – pointe du doigt que quelque chose ne va pas avec la femme de ce dernier, Cindy. Pour moi, personnellement, ce fut le jeu de l’actrice, particulièrement mauvais pendant plus de la moitié de ses scènes. Des soupçons qui sont nés déjà pour nous à l’épisode Instinct (2.02) et rapidement, tout le monde en vient à penser qu’elle est une doll.

The Public Eye va alors être lancée pour finalement, avant tout, nous mener à The Left Hand et un petit voyage à D.C. Les twists contenus dans ce premier épisode se révèlent pour la plupart assez prévisibles et peu surprenants – une question d’habitude et de durée, tout simplement – à un détail près : la rapide élimination de Ballard, qui disparaît dans la nature. Le fait est qu’arrivé à la fin, personne ne sait où il est, ce qui construit un petit mystère autour de notre ancien agent du FBI. Où est-il allé ? Réponse à l’épisode 2.07, peut-être.

En attendant, The Public Eye est aidé par un rythme assez soutenu, entre course poursuite et scène d’action, une fois que le déraillement d’Echo est une nouvelle fois en route. On passera sur l’aspect assez répétitif de l’utilisation de la poupée pour se tourner vers ce qui est responsable de la situation mais qui ne sera jamais véritablement éclairé : les actions de Perrin, décidé à exposer The Rossum Corporation. Les tenants et aboutissants sont amoindris par le manque d’exploitation de cette partie de l’intrigue, qui, dans la suite, va laisser en partie sa place à un autre conflit, plus interne.

Echo et Perrin se retrouvent dans The Left Hand à la Dollhouse de D.C., conduisant Adelle et Topher à prendre l’avion. C’est ainsi que l’on fait la connaissance du totalement sous-exploité Stewart Lipman – incarné par le trop charismatique Ray Wise – et sa Topher personnelle, l’instable Bennett Halverson (Summer Glau est excellente, comme d’habitude dans ce genre de rôle). Pour pallier à son absence, Topher a une idée de génie (littéralement) : se remplacer par lui-même. C’est pour moi ce qu’il y a eu de mieux durant ces deux épisodes : Victor en Topher, donnant une nouvelle fois la possibilité à Enver Gjokaj de briller, et c’est peu dire. Il au sommet de son art, devenant un parfait second Topher dans le ton, la gestuelle, le style. Impeccable.

Notre arrivée sur place va nous apprendre que Bennett connaît intimement Caroline, profitant alors de ce cafouillage à moitié non expliqué pour prendre une sorte de revanche personnelle, qui va être responsable en partie de la suite des évènements. De quoi ajouter une pierre au mystère du passé de la personnalité d’origine d’Echo, sans réellement fournir de détails concrets. On joue sur une seule et même idée qui est avant tout frustrante, car clairement pas développée. Le strict minimum syndical nous est à peine fourni : Caroline était apparemment amie avec Bennett et a joué un rôle dans la perte de l’utilisation de son bras. Point. C’est très peu, il faut alors imaginer qu’un développement se fera dans la suite de la série.

Ce second épisode contient donc aussi son lot de scènes d’actions et quelques moments qui jouent sur les rebondissements, peut-être moins importants et/ou surprenants, mais à la fois mieux maitrisés.

La conclusion se fait un peu précipitée, car, elle aussi, laisse avec plus de questions que de réponses sur la façon dont nous en somme arrivés là, principalement sur l’ambivalence de Perrin et de sa relation avec le groupe Rossum – entrainant au passage le retour de November/Madeline dans une Dollhouse. À l’heure actuelle, pour le spectateur, le plus important est qu’Echo se trouve dans la nature …

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire