Après que la police ait intercepté un homme qui voulait se débarrasser de 19 fœtus, le Dr. Jacob Hood, conseiller scientifique pour le gouvernement, arrive sur place pour enquêter.

Eleventh Hour est le remake de la série britannique du même nom. Rufus Sewell remplace Patrick Stewart dans le rôle du Dr. Hood et Marley Shelton reprend le rôle tenu par Ashley Jensen, Rachel Young, la garde du corps du docteur. Le concept de la série reste le même, d’ailleurs l’histoire de ce premier épisode est pratiquement identique en tout point.

Le Docteur Hood est donc un spécialiste de la science et la série s’intéresse aux débordements de celle-ci : manipulation génétique, virus, détournement et dans ce premier épisode : clonage. On reste dans un domaine cartésien, comme il est bon de le préciser après que cette série ait été comparée à Fringe à cause de leur concept à priori identique sur le papier.

Eleventh Hour reprend les bases d’une série policière, mais n’en est pas vraiment une, enfin, pas totalement. On pourrait dire que Hood joue à la police des sciences, ce ne serait pas très loin de la vérité. Par là il faut comprendre qu’il n’y a pas de chasse au tueur dans chaque épisode, mais une investigation autour d’un évènement lié aux sciences. Le concept apporte une certaine originalité tout en gardant quand même suffisamment de bases du genre policier pour accrocher le spectateur de CSI (diffusée juste avant).

Encore une fois avec un remake, il est difficile de s’affranchir d’une comparaison avec l’originale, surtout qu’ici, le scénario est tellement proche que les principales différences trouvent leurs origines dans le changement de format, à savoir, la compression de l’histoire sur  42 minutes. Une très bonne chose, car le problème de la série made in UK c’est que les épisodes étaient ennuyeux, trop long. On gagne en dynamisme et on se concentre sur l’essentiel, sans pour autant perdre grand-chose. Par contre, la présentation des personnages est très américaine et donc légèrement abusive – genre je fais la description du gars dans une phrase interminable pour que le spectateur comprenne.

Tout commence donc par la découverte des fœtus et on enchaine rapidement sur l’apparition de Hood et de Rachel. Marc Blucas endosse le rôle du flic qui va aider un peu notre duo du FBI dans son enquête. Cette dernière est assez consistante avec des rebondissements amenés aux bons moments pour qu’il n’y ait pas de perte dans le rythme. Ça avance donc assez vite et l’on utilise quelques facilités pour, justement, réduire l’épisode au format américain. C’est donc un avantage et un inconvénient, car l’histoire originale tenait sur 1h10.

Au final, ce pilot est de très bonne facture, souffrant principalement du fait que le scénario est une adaptation. Le casting est impeccable et la réalisation reste sobre. Pas d’effets tape-à-l’œil donc, et mieux, les choses scientifiques sont expliquées dans l’histoire sans donner l’impression au spectateur qu’il est un abruti et qu’on le traite comme tel. Il faut espérer que la suite, totalement inédite garde cet esprit. La version UK étant assez moyenne, ce remake montre tout de suite que lui être supérieur ne sera pas une gageure.