Eli Stone – Heal The Pain (1.07)
Eli n’a plus de bureau, plus de secrétaire et n’a plus le pouvoir de prendre des dossiers. Quand un jeune vient le voir pour lui demander de poursuivre l’hôpital où sa mère est décédée, il doit convaincre Maggie d’accepter de prendre le dossier. Jordan accepte, mais avertit l’avocate que si elle perd le procès, elle perdra aussi son travail.

On continue avec la nouvelle formule de la série, ou disons plutôt, qu’elle suit son évolution de manière logique. Donc, nous avons deux procès : Eli et Maggie contre l’hôpital et Keith et Matt défendant Turk. Cette seconde histoire ne prendra pas beaucoup de place dans l’épisode, mais restera assez cohérente dans son cheminement.

Du côté d’Eli, donc, on note une certaine amélioration. Déjà, il y a moins de moments hallucinatoires, ce qui explique l’absence de Dr. Chen, à moins que cela vienne du changement de direction de la série qui fait qu’il a moins sa place dans le paysage. Il faut dire que Chen, bien qu’apportant sa touche de fantaisie ne semble pas avoir trouvé sa place dans la série, du moins, les scénaristes semblent ne pas savoir quel rôle lui donner.

Malgré la diminution des moments musicaux, George Michael revient faire une apparition dans la série, mais cette fois, ce n’est pas dans une vision. C’est d’ailleurs à ce moment que l’on s’intéresse de plus prêt à la relation entre Taylor et Eli. Il faut dire que ce qui semblait probable au début de la série, semble devenir concret. Pour faire claire, un triangle amoureux se met en place. Au centre, Eli, et de chaque côté, Taylor et Maggie. Même si pour cette dernière on entre dans une période de déni nécessaire, et un peu prévisible dans ce type d’écriture, qui ne fait qu’annoncer  ce qui pourrait de passer. On reste sur un plan à demi spéculatif, car, à moins que le showrunner décide de changer quelque chose à cela, il y a peu de chance d’y échapper.

Pour en revenir au procès, on note une amélioration des plaidoiries, et plus globalement des dossiers. On parle là d’une crédibilisation en opposition aux frasques juridiques de début de saison. Bref, ça reste un peu léger, mais on y croit plus.

L’épisode est donc le reflet des améliorations de la série. On reste dans du divertissement, le public visé n’a pas changé en cours de route, mais les bases de la série sont bien plus solides qu’auparavant, ce qui rend l’épisode bien plus agréable à suivre, et surtout moins ennuyeux.