Eli Stone – Praying for Time (1.08)
Eli a la vision d’un tremblement de Terre à San Francisco. Le Dr. Chen  va l’aider à la revoir avec précision, ce qui va lui révéler qu’il doit absolument gagner son procès, même s’il ne le souhaite pas, car il doit sauver des vies ainsi. Jordan se joint à Keith et Matt pour le procès de Turk.

Le monde d’Eli s’effondre, c’est, en gros, le message de l’épisode. La dramédie s’efface pour laisser toute la place au drama. Peu d’occasions de sortir des dilemmes moraux, des trahisons et des déceptions durant cet épisode, que ce soit du côté d’Eli ou du procès de Turk.

Pour le premier, un petit coup de rappel chez le Dr. Chen va le mener à se mettre à dos Patti, pour commencer, puis Maggie et enfin, lui-même. La légèreté de la série semble s’estomper de minute en minute durant ce dernier épisode. Difficile d’apercevoir une lueur d’optimisme, surtout quand le séisme n’a pas lieu. Tout cela pousse Eli dans ses retranchements.

Le procès de Turk va suivre à peu près le même schéma pour Matt. D’abord, il essaie tout pour sauver son idole de la condamnation, puis, une fois que c’est fait, son univers s’écroule autour de lui, brisant ses convictions. La différence est que pour lui, il s’agit plus d’une évolution, sortir le personnage de sa caricature en le faisant passer par des épreuves remettant en cause les bases de son comportement. L’idée n’est pas mauvaise si cela ne tend pas à en faire une copie d’Eli, sans l’anévrisme.

Un épisode qui n’est donc pas trop orienté vers la comédie. La structure de l’épisode suit celle des précédents, mais on a de plus en plus l’impression que les deux storylines développées par épisodes n’ont plus qu’en commun le fait de se dérouler dans la même série. Un développement qui s’éloigne de plus en plus du concept original de la série. D’ailleurs, ce qui nous lie encore à ce dernier, Eli se propose de s’en séparer, transformant la série en une série judiciaire bien plus basique.