Empire : Pour l’amour d’un père, d’une mère (des enfants et des sœurs)

9 Déc 2015 à 12:33

Empire Saison 2, Jamal Lyon et Skye Summers

Cet article revient sur les épisodes 8 à 10 d’Empire Saison 2. Pour les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Empire est un show à propos de la famille, aucun doute là-dessus. Même si elle prend place dans la musique, que chacun à ses propres intrigues, la série en revient toujours aux liens du sang, à les faire et les défaire. Et c’est peu dire que les Lyon sont dérangés lorsqu’il s’agit d’être une famille : entre approbation du parent, recherche d’identité, paternité à assumer ou amours contrariés, les Lyon s’en font voir de toutes les couleurs.

Au milieu des tourments familiaux, Jamal tient bon. Son personnage paraît comme étant le plus sain de la famille et, étonnement dans ce contexte, le plus intéressant. À l’image de la campagne Pepsi introduite dans My Bad Parts (2.08), il fait la synthèse de sa famille et ne se perd pas en la faisant. Il n’a pas besoin de faire le show pour prendre forme, seulement laisser parler son cœur et sa passion pour la musique. C’est en cela que lorsque Skye Summers (Alicia Keys) arrive, le naturel transpire : ils partagent une passion et ne se racontent pas d’histoires pour parvenir à leurs fins.

Même si le message derrière leur relation peut laisser perplexe tout en poussant à la réflexion, force est de constater que leur duo fonctionne vraiment bien, notamment grâce à la performance des acteurs, crédibles et pas seulement musicalement. Une des qualités que l’on ne peut enlever à Empire est la réussite de ses passages musicaux, surtout lorsqu’il touche Jamal.

Malheureusement, le génie du grand frère et la réussite de ses intrigues ne déteint pas sur le cadet. Les pérégrinations d’Hakeem et son besoin constant de prouver quelque chose à son père fatiguent sérieusement. Ce procédé du conflit avec le patriarche ne possède plus la force des débuts et aboutit à une redondance qui n’est bonne ni pour le fils, ni pour le père. Ce n’est pas à coup de battles interposés que l’histoire avance et intéresse. Il aurait été plus judicieux d’y intégrer Cookie, mais d’une autre manière.

Lucious est sur tous les fronts et son omniprésence, même si elle se comprend par son statut de chef de famille et d’entreprise, devient un peu trop démiurgique pour le propre bien de la série. S’il peut donner de la force à ses propres intrigues, il a tendance à vampiriser celles de son ex-femme et de ses enfants. Au final, il apparaît seulement comme un antagoniste utile dont les apparitions permettent de donner un coup de fouet à la scène ou à l’intrigue. Sa situation à la mi-saison pourrait cependant renverser la vapeur et nous donner de bons moments.

Face à lui, même Cookie n’a plus la même fougue. Leur relation se base sur un passé qu’il faudrait peut-être plus explorer pour redémarrer sur des bases solides. Ce n’est pas avec le couple qu’elle forme avec le personnage d’Adam Rodriguez qu’elle peut avoir du matériel pertinent. L’issue est jouée d’avance et n’a pas l’ampleur qu’elle devait avoir.

Fort heureusement, cette fin de mi-saison nous propose de revisiter le passé de Cookie. Que ce soit avec ses sœurs dans Sinned Against (2.09) ou son passage en prison dans Et Tu, Brute ? (2.10), tout ce que touche Taraji P. Henson se transforme en scènes avec un fort potentiel émotionnel. Ces deux épisodes apportent un peu de profondeur à une salve d’épisodes en demi-teinte et profitent véritablement aux personnages.

Ce n’est pourtant pas faute de vouloir explorer d’autres horizons, notamment du côté d’Anika. Cependant, son obsession pour Hakeem sortie de nulle part ne rend pas justice au personnage et l’enferme dans une vengeance psychotique peu crédible. Toutes les discussions qu’elle a avec Rhonda sont véritablement poussives dans leur double sens et ne créent pas les enjeux que l’on nous vend.

Sur la dernière ligne droite vers sa mi-saison, Empire essaie de nouvelles directions sans renouer avec le succès sur toute la ligne. Certaines parviennent à prendre forme de manière satisfaisante, mais sont quelque peu noyés dans des enjeux peu engageants et (déjà ?) redondants. Bref, Empire perd de son efficacité quand elle n’arrive pas à ouvrir de nouvelles perspectives pour ses personnages

Alors oui, Empire est une cible facile, mais c’est parce que ses principales forces peuvent vite devenir ses propres faiblesses. Le clinquant, le spectacle et l’outrance sont toujours là et maintiennent régulièrement la série à flot parce que cela permet à la série de garder un rythme soutenu, sans pour autant dissimuler les faux pas de cette première partie de saison. En somme, Empire reste un divertissement agréable à regarder, mais peine à se renouveler pour perdurer. La situation n’est pas encore critique, laissons-lui le temps de rebondir, surtout avec les cliffhangers de ce dernier épisode.

Empire saison 2 sera de retour sur FOX à partir du 30 mars 2016.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link