Dom appelle Vince à l’aide, car il est poursuivi par la police. E. accepte de le faire sortir de prison, mais il n’a pas confiance en lui. Ari va parier la carrière de Vince au golf avec Alan Gray. Turtle a besoin d’un job et va devenir l’assistant personnel de Drama.

C’est l’épisode des comebacks. D’un côté Dom (Domenick Lombardozzi), l’ami d’enfance venu du Queens, et de l’autre, Bob (Martin Landau).

J’aimerais bien commencer par dire que cet épisode est riche en évènements, mais ce n’est pas le cas. En fait, comme d’habitude, l’ouverture place les enjeux et à la fin, on compte les points.

L’histoire entre Turtle et Drama manque cruellement d’intérêt, mais surtout de comique, alors qu’elle avait tout le potentiel pour que ça ne soit pas le cas. On a vite fait le tour, donc, Drama fait son Drama et Turtle suit le rythme.

Retour inattendu de Dom, avec une intro assez originale, il est dommage que cette histoire se mette rapidement à ressembler à de pur remplissage, car le personnage avait mis de l’ambiance, autrefois, mais il n’en aura pas l’occasion ici.

Pour ce qui est d’Ari, le voilà au golf avec Bob, Alan et Phil Mickelson venu donner quelques conseils. Comme d’habitude, entre les trois hommes de cinéma, ça gueule, ça jure, ça se vanne, bref, ça fait ce qu’Ari fait du matin au soir, mais multiplié par 3. Jusqu’à la fin… tragique, mais presque « trop facile » pour la suite de l’histoire.

Bref, encore une fois, beaucoup d’air brassé, mais ce n’est pas le plus dérangeant, car le manque d’humour de la série est assez ennuyeux par moment. Il faudrait vraiment qu’il y ait un peu de recul pris sur l’histoire en général, car ça sent un peu l’usure. Faire du second degré pourrait bien aider.