De retour de New York après le tournage de Queens Boulevard, Vincent et son entourage reprenne possession de L.A.. Ari a un nouveau projet pour son poulain : Aquaman. D’abord opposé à faire un film de super héros, Vincent va être victime de sa folie dépensière et va devoir accepter, mais le chemin qui le mène au tournage est truffé d’embuchent que lui, E, Drama et Turtle vont devoir surmonter.

Les choses changent assez rapidement pour cette saison 2 d’Entourage. A peine revenu à Los Angeles, que les affaires doivent reprendre leur cours. Sans trop trainer en longueur, on nous amène l’idée d’un film Aquaman. Bien sûr, le côté ridicule du projet laisse croire qu’il s’agit d’une blague, mais cela va devenir le moteur de la série. Tout tourne autour de ça : faire accepter Vincent, lui garantir le rôle, faire l’entrainement, s’accorder avec sa partenaire à l’écran…

Beaucoup de matériels tournés vers une seule direction. Du coup, les fêtes diminues, tout comme l’extravagance. Heureusement, l’âme de la série réside dans ses personnages qui, eux, n’ont pas beaucoup changés.

Vincent, légèrement en retrait durant la première saison, prend les commandes aux côtés d’Eric. Turtle et Drama vont alors souvent se retrouver dans leur petites aventures, rien qu’à eux, tandis que leur amis font du business. On ne peut pas pour autant dire qu’il y a des oubliés, car chacun aura droit à sa part du gâteau durant les 14 épisodes. Eric en fini avec Christine et se concentre à fond sur son job de manager. Drama ne change pas, d’auditions en plans foireux, il trouve son chemin. Turtle est souvent oublié, mais il finira par trouver sa voie dans le management musical, enfin, il va essayer. Reste donc Vincent, qui fait sa star, mais qui va avoir le droit à une relation avec Mandy Moore, sa partenaire dans Aquaman. On nous construit une partie de la saison autour de cela d’ailleurs, avec des hauts et des bas.

De son côté, Ari est toujours aussi excité, et son assistant Lloyd doit gérer les problèmes. Et il va y en avoir. Le plus d’épisode va permettre à l’agent des stars de sortir lui aussi de l’arrière plan en bénéficiant d’une intrigue sur son lieu de travail. Sauna, un peu plus présente, ne peut pas en dire autant.

Cette seconde saison se montre donc assez fournie au niveau de l’histoire, mais pratiquement tout tourne autour des mêmes sujets, d’un bout à l’autre. Certes, cela ajoute à l’intérêt, mais la série y perd un peu de sa folie. Drama, Turtle et Ari s’occupent de la partie comédie, mais cela ne suffit pas toujours à rattraper quelques répétitions au niveau des enjeux dramatiques, ou la prévisibilité de certains rebondissements. L’univers d’Entourage est toujours fourni en personnages originaux, mais ceux-ci se montre parfois un peut trop excessif. Plus nombreux que pour la première saison, les guests stars nous font un défilé. Certes, cela renforce la crédibilité du show, mais par moment, cela devient un peu abusif. Pas de quoi trop se lasser pour autant, car c’est principalement les premiers épisodes qui sont touchés.

Cette seconde saison d’Entourage n’a pas utilisé tout son potentiel à fond, mais elle offre quand même une histoire solide. Le problème principal se trouve dans la façon qu’à l’histoire de toujours rester au même plan, ne laissant pas trop la place à des histoires secondaires plus consistantes.