Eureka – If you built it... (3.13)

Après l’explosion d’un missile en vol au-dessus de la ville, Jack découvre 3 structures dans un champ confectionné à partir d’objets quotidiens. En surveillant l’endroit, il se rend compte que ce sont les adolescents d’Eureka qui assemblent le tout dans leur sommeil. Fargo a quelques problèmes d’entente avec sa vieille voiture.

Ce nouvel épisode d’Eureka est intimement lié au prochain puisqu’il se termine sur un cliffhanger et s’intéresse finalement à l’arrivée de la ‘chose’ qui fonce sur la ville.

De fait ce qui commence comme une badinerie habituelle de la série, prend une teinte plus sérieuse au fur et à mesure que l’on avance dans l’intrigue.

Une histoire qui donne d’ailleurs beaucoup dans l’hommage. À Ma Sorcière Bien-aimée, au Village des Damnés, à K2000. J’avais déjà souligné combien ça me plaisait de voir des Smarts transformées dans la série en paroxysme de nouvelle technologie. Mais là, c’est encore mieux, les voitures parlent ! En tout cas, celle de Fargo. Comme Sarah, la maison de Jack, Tabitha, la vieille guimbarde de Douglas a son petit caractère et une susceptibilité à fleur de peau si bien que quand l’idiot la refile à Larry pour épater Jo avec sa nouvelle voiture, Tabitha décide de lui mener la vie dure. Et c’est plutôt réussi, terriblement drôle.

Ce qui l’est moins, et pour ne pas dire inquiétant c’est cette chose qui fonce sur Eureka à la vitesse de l’éclair et contre laquelle Allison, pressée par son patron général, souhaite se défendre de la pire des façons. Depuis l’arrivée de la fun Tess, la belle brune, de plus en plus enceinte est aussi de moins en moins compréhensive. Ce qui est un terrain propice à un rapprochement rapide entre Jack et Tess, même si la pizza au tofu c’est nul pour draguer !!!

En résumé, un épisode sympathique, mais pourtant légèrement en demi-teinte, la faute à un passage mal négocié entre la légèreté et l’inquiétant.

Mais ça y est, la chose est là. Et ça vient de la Terre. D’où, pourquoi, comment ? LA suite au prochain numéro…

avatarUn article de .
0 commentaire