Eureka – Insane in the P-Brane (3.11)

Une vieille amie d’Allison arrive à Eureka pour mener des recherches top secrètes dans la section 5 qui vient de rouvrir alors qu’un chercheur maboul jure ses grands dieux qu’il y a des poltergeist dans la ville. Le père des enfants de Lexi est de passage…

Chouette alors, enfin un love interest pour notre cher et tendre Carter ! Et pas n’importe laquelle ! L’anti-thèse d’Ali, bien qu’elles soient amies de longues dates, soit blonde, toute fine, brillantissime, marrante, décalée, une sorte de Carter au féminin en bien plus intelligent. Bref, dès sa première apparition, dans les bois, où elle est allée se soulager et tombe sur le shérif alors qu’elle se rhabille, on l’aime déjà !

Tess, de son petit nom (Jaime Ray Newman, vue dans la saison 3 de Veronica Mars notamment) fait double emploi. Elle occupe joliment le terrain en charmant clairement Jack (il faut dire que se retrouver coincés dans la 5ème dimension ensemble, ça rapproche) mais sa présence à Eureka ajoute au mystère du fameux signal dont il est question depuis le précédent épisode. Quelque chose fonce droit sur Eureka et ça viendrait du ciel que ce ne serait pas étonnant. Après tout, Tess arrive du fameux SETI.

Mais pour l’instant, le problème central ce sont les pseudo-fantômes du Dr Dreshmeyer qui mettent le ouaille (il faut que j’arrête de parler djeuns, je ne suis même pas sûre de l’orthographe !) dans la ville. Tu traverses gentiment la rue et tu te prends une voiture sur le coin de la figure ! Pas vraiment un havre de paix, surtout pour nos nombreuses femmes enceintes.

D’ailleurs, il y a un focus intéressant sur Lexi avec l’arrivée inopinée du père de ses enfants qui ignore tout de sa condition dans la mesure où elle porte en plus un gadget made in Eureka qui dissimule sa grossesse. Lexi est un personnage fondamentalement sympathique et qui a su se fondre parfaitement dans l’environnement. Ses interactions avec Fargo, qu’elle fait passer pour son petit ami sont très sympathiques tout comme le joli lien qui l’unit à sa nièce. En tout cas, elle n’est pas prête de repartir et c’est tant mieux !

Comme souvent dans cette série plaisante, les débordements de GD servent surtout à mettre en valeur les personnages et un certain suspens. Une fois de plus, mission réussie.

C’est amusant, intéressant (il faut vraiment que je me penche sur cette théorie des cordes dont toutes les séries parlent à commencer par TBBT !) et je suis toujours morte de rire en voyant que le comble du must have en matière de voiture à Eureka, c’est notre Smart !!!

avatarUn article de .
0 commentaire