falling skies 209

Mardi 14 août 2012 à 9:00 | 3 commentaires | | | |

Falling Skies – The Price of Greatness (2.09)

par .

The 2nd Mass est arrivé à Charleston et a des difficultés à s’insérer dans la communauté. Tom y retrouve Arthur Manchester, un professeur d’histoire dont il ne ratait aucun cours et qui endosse maintenant un rôle de leader. Weaver fait quant à lui connaissance avec le General Bressler qui ne partage pas exactement les mêmes idéaux que Manchester.

Nous voilà enfin à Charleston et Falling Skies ne va pas vraiment prendre de risques, faisant approximativement tout ce qu’on pouvait imaginer qu’il se passerait dans une situation pareille. C’est un peu triste, mais au vu de la direction prise par la série au cours de la saison, ce n’est pas une grosse surprise.

publicite

Le 2nd Mass s’installe donc à Charleston, une communauté qui se reconstruit sous les ordres d’Arthur Manchester, sorte d’ancien mentor de Tom Mason. Il y a donc dans les lieux des divergences d’opinions, avec le Général Bressler qui ne partage pas le point de vue du leader en place, mais qui obéit quand même sans trop broncher.

Que ce soit Manchester ou Bressler, on ne peut pas dire que les deux hommes soient chanceux. Le premier, interprété par Terry O’Quinn, profite de son rapport avec Mason pour être mis en avant. Seulement, comme il n’y a personne autour de lui pour légitimer son pouvoir, sa façon d’être obsédé par la nécessité de maintenir sa position de leader est harassante et rend le déroulement encore plus évident qu’il ne l’était déjà. Bressler (incarné par Matt Frewer) se montre quant à lui soit inexpressif, soit passif la majorité du temps, sauf à la fin, quand il est temps de faire évoluer la situation – forcément !

Avant d’en arriver là, on regarde les différents protagonistes chercher leur place dans ce nouvel environnement. Tout est fait extrêmement vite, car à peine arrivée, ils doivent se fondre dans la communauté. Comme la plupart d’entre eux obéissent à Weaver, ils le font en bronchant un peu (à l’image de Hal), et puis c’est tout. Pope et ses amis se rebellent de la façon la plus ridicule qui soit, bien qu’il faille quand même reconnaitre qu’ils mettent en évidence l’absence de libre arbitre qu’il peut y avoir pour assurer l’avenir de Charleston. Pour Manchester, tout est une menace qui pourrait faire écrouler ce qui a été bâti, et tant pis si cela revient à se terrer dans un trou.

Et, apparemment, cela n’avait pas été réglé au précédent épisode (même si cela en donnait l’impression), Maggie et Hal ont encore des choses à se dire au sujet des révélations faites sur le passé de la première, mais c’est plutôt anecdotique et inoffensif. Ce serait juste moins gênant si cela ne se trouvait pas dans l’avant-dernier épisode de la saison, qui devrait avoir mieux à faire qu’à traiter de cela.

Charleston était sans doute possible une occasion en or. La série aurait pu alors se réorienter à sa façon, offrir un port d’attache solide au 2nd Mass, avec de nouveaux personnages et la possibilité d’élargir les thématiques qui alimentent les épisodes. Le traitement politique ici laisse suggérer que ce n’est pas franchement une bonne idée d’aller dans cette direction, de toute façon, car la série a des difficultés à donner de l’épaisseur et de la complexité à ses enjeux quand ces derniers dépassent la simple résistance menée contre les envahisseurs. Heureusement, c’est justement ce qui devrait occuper le final …

Partager cet article

Falling Skies
publicite
60 queries. 0,960 seconds.