Zhaan raconte à Crichton ce qui s’est passé après la destruction de la base Gammack. Suite à la fuite de Moya, et refusant que ses amis soient morts, elle a fouillé toutes les planètes voisines pour les retrouver sans succès. Devenue la cible d’un complot, elle s’est retrouvée accusée d’un meurtre et condamnée à la peine de mort.

J’ai déjà évoqué cet épisode au moment du season premiere, Dream a Little Dream, sous le nom « Re : Union » étant au départ destiné à ouvrir la saison. Des changements ont donc été faits pour placer cette histoire plus loin dans la saison, et c’est ainsi qu’on se retrouve avec Zhaan racontant à Crichton – et aux spectateurs – ce qui s’est passé avant que tout l’équipage soit de nouveau réuni.

Dream a Little Dream est un épisode que j’aime énormément, et s’il n’aurait clairement pas fait un solide season premiere, il est en tout cas un très convaincant huitième épisode, possédant une richesse émotionnelle importante et différentes couches de lectures tout aussi riches.

L’histoire est fortement orientée sur Zhaan, plongeant dans une détresse sentimentale face à son inacceptation de la mort de D’Argo, Aeryn et John, ce qui donnera le jour à quelques hallucinations. C’est surtout l’attachement de Zhaan à Crichton qui s’impose, vu que c’est à lui qu’elle raconte les évènements et qu’il apparaît occuper une place prépondérante insoupçonnée dans son existence, jouant habilement sur le rôle que chacun occupe au sein du groupe. Zhaan, souvent perçue comme la mère, voit en John un soutien qu’aucun autre n’incarne, à travers une fiabilité qui semble quasi indestructible. Nous surfons alors entre pertes de repères et esprit zen, restant fidèle à la psychologie du personnage, mis à rude épreuve, car se jugeant responsable de la « mort » de ses amis.

Piégée, Zhaan est justement accusée de meurtre, ce qui la pousse à vouloir être condamnée. Elle n’a certes pas commis le crime pour lequel on l’accuse, mais ses remords l’empêchent d’y voir clair, et elle voit alors en sa mort tragique une punition juste, sentiment exacerbé par la situation dans laquelle se trouve Rygel et Chiana, leurs destins étant plus que liés à celui de la plante bleue.

La particularité de la planète Litigara – là où l’on se trouve donc – est d’être composée de 90% d’avocats. L’épisode parvient à pleinement exploiter ce monde, celui-ci se montrant à l’image de son système riche et fascinant, de par ce qu’il montre et exprime. Nous avons ainsi un système de loi complexe servant à justifier la présence d’une population d’avocats importants, qui s’expriment qui plus est au détriment des 10% restant, ces derniers n’ayant aucun droit – si ce n’est celui de travailler plus. Chiana et Rygel vont donc devoir utiliser le système clairement corrompu, mais leur premier obstacle sera que leur mauvaise foi peut les mener à la mort. Or, c’est bien ce qui définit ces deux-là, ils sont habiles du mensonge et de la manipulation, mais pas forcément très doués en ce qui concerne l’honnêteté. Les deux s’illustrent au sein du tribunal, et ont d’ailleurs le droit de fournir peut-être la seule scène comique de l’épisode, avec Rygel lâchant de l’hélium. Le ridicule de la situation et les dialogues font qu’elle fonctionne à merveille !

L’épisode fournit aussi l’opportunité de boucher quelques trous laissés dans « Mind The Baby » (2.01) sur les hallucinations de Zhaan, son retour à la méditation, ou encore l’évocation du procès par Chiana.

S’il faut bien admettre qu’avoir Zhaan et Crichton bloqués sur un transporteur à attendre Moya est possiblement une excuse peu inspiré pour créer la situation adéquate pour nous plonger dans les souvenirs de Zhaan, l’épisode ne s’interrompant pas pour nous rappeler ce fait, l’histoire s’affirme bien au-delà de cette idée, et se montre on ne peut plus captivante.

À noter que « Dream a Little Dream » est un épisode écrit par Rockne S. O’Bannon – sous le nom de Steven Rae (ce qui était déjà la cas sur A Bug’s Life – 1.18).

Prochain épisode : changement de corps dans Out of Their Minds (2.09).

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire