Alors que l’équipage fait des rêves très chargés en émotions, Moya se retrouve à proximité d’une planète habitée par une colonie Delvianne. Leur leader ne tarde pas à faire appel à Zhaan.

S’il n’y a aucun personnage de Farscape que je n’aime pas, Zhaan reste celle qui m’a le moins séduite. Qui plus est, j’ai toujours trouvé qu’elle avait été celle qui avait eu, à sa façon, le moins de développements, ayant parfois du mal à trouver du matériel pour s’exprimer différemment. Elle a son rôle et son utilité, mais disons que ses liens avec les Peacekeepers et sa mentalité ont eu pour fâcheuse conséquence d’empêcher réellement Zhaan de s’imposer avec la même force que les autres. A l’arrivée, elle doit beaucoup à son interprète, Virginia Hey, pour réussir à véhiculer pas mal de subtilités.

Rhapsody in Blue n’est pas dans l’histoire de la série un épisode vital, il est même complètement dispensable. Malgré ce fait, il est important pour Zhaan, étant le premier à la mettre en avant, et offrir un réel aperçu de son peuple. Cela permet ainsi de découvrir le passé de Zhaan et un peu les Delvians. En fait, j’ai toujours eu le sentiment qu’il était l’épisode emblématique du personnage et que la suite ne lui offrira plus jamais une telle opportunité de s’exprimer – c’est pour cette raison toute particulière que je l’ai choisi.

J’ai longtemps perçu Rhapsody in Blue comme l’un des plus faibles épisodes de Farscape. Ce fait n’a pas complètement changé, si ce n’est que les revisionnages aident sans aucun doute à aborder l’histoire avec un autre regard. Une fois que l’on sait ce qu’on va voir, les attentes sont différentes. Aujourd’hui, je l’apprécie bien plus, et si ce n’est pas une franche réussite, il réussit bien à retranscrire le fait que Zhaan est un personnage fort complexe.

Quoi qu’il en soit, Zhaan était clairement l’opportunité d’offrir une place à un développement religieux au sein de la série, et si son esprit apporte beaucoup au groupe, individuellement, c’est moins concluant.

Il faut dire aussi que cet épisode va mettre en relief l’ambigüité du personnage, qui nous fut présenté dès les débuts comme une prêtresse. Or, nous avons déjà eu l’opportunité – et cet épisode confirmera cela – de constater que la moralité n’était pas extrêmement juste au sein des Pa’u.

Les personnages de l’ordre religieux Delvians que l’on rencontre ici – comme Tahleen – tendent à faire ressortir le pire des principes qui les mènent. À l’opposé, Tuzak se montre assez riche, mais ne sera pas suffisamment exploité à mon goût. Disons que pour une première découverte d’un peuple, celle-ci ne se fait pas aisément, jonglant avec les différentes interprétations du code de vie des Pa’u. Il n’est pas toujours facile de connecter, même si l’épisode possède un angle d’approche intéressant dans sa façon de montrer les dérives – de même que le bien – de cet ordre.

En parallèle à l’histoire de Zhaan – dans laquelle il ne se passe pas énormément de choses qu’on se le dise – le reste du groupe est victime de sortes d’hallucinations ; celle de John prédomine, nous offrant ainsi la possibilité de découvrir les liens qui l’unissent à Alex (sa petite amie). Malheureusement, je trouve cet aspect de l’épisode moyennement convaincant, dû à l’absence de familiarité avec le personnage. Alex peine à réellement s’imposer, surtout quand nous avons déjà eu le droit à Gilina et à une relation qui prend forme avec Aeryn.

Pour conclure, Rhapsody in Blue est un épisode assez faible de cette première saison, mais qui apporte des idées et quelques éclaircissements importants sur Zhaan, dont il serait dommage de se priver.

Note : Cet épisode est parfois considéré comme le douzième de la série, étant inversé avec The Flax, ayant été le douzième épisode produit. J’ai choisi la numérotation de mon coffret DVD !