En Somalie, Vogel et son équipe qui sont partis pour enquêter sur les mystérieuses tours, rencontrent quelques obstacles inattendus. Mark et Olivia essaient de convaincre Charlie de révéler ce qu’elle a vu dans son Flash Forward.

La série continue d’avancer sérieusement dans plusieurs de ses storylines, même s’il faut reconnaitre que celles qui étaient inutiles au départ le sont toujours. Par là, je veux parler de Bryce et Nicole qui, comme Aaron, ne sont pas véritablement liés aux évènements principaux et ont tendance à casser le rythme. Certes, dans l’épisode précédent, Aaron partait dans une direction qui semble posséder du potentiel, mais cela ne se répète pas cette fois avec le médecin et l’aide-soignante. Comme il est un peu tard pour se débarrasser d’eux, on fait avec, dommage qu’ils ne paraissent pas destinés à aller quelque part dans l’immédiat.

Au cœur de l’épisode, nous avons le voyage en Somalie. Comme prévu, cela ne va pas se dérouler sans souci, bien au contraire, vu que le pays est rempli d’hommes armés en quête de pouvoir (pour faire simple géopolitiquement parlant). L’équipe se fait donc rapidement appréhendée par les hommes d’Abdi. Ce dernier est persuadé qu’il va devenir le président de son pays et voit en l’arrivée des américains l’opportunité qu’il attendait pour obtenir l’armement et le soutien nécessaire.

Il va falloir une partie de l’épisode pour que la situation se démêle. Le tout se faisant avec quelques sacrifices, une bande de Red Shirts qui va trouver son utilité. Le tout est un peu poussif, le danger ne se ressent pas vraiment, mais la suite va compenser. Ils vont donc finir par explorer la tour et D. Gibbons se révèlera. On sait désormais que c’est bien le personnage de Michael Massee qui se cache derrière tout cela et son vrai nom n’est plus non plus un secret.

Quoi qu’il en soit, ce voyage en Somalie, à défaut d’être complètement satisfaisant, aura eut le mérite de fournir quelques informations et possède un twist de fin inattendu qui, je l’espère, aura une logique.

Du côté de Mark Benford, on nous rejoue le coup du je change/je ne change pas le futur. C’est d’ailleurs quelque chose qui est utilisé assez convenablement en Somalie, mais ici, avec Olivia, c’est un peu lourd et redondant. Au moins, Charlie offrira la vérité sur sa vision, ce qui aura des conséquences intéressantes.

Dans l’ensemble, cet épisode est plutôt correct et dans la lignée de ce que la série délivre depuis la reprise. Dommage que la réalisation peine occasionnellement à crédibiliser les scènes et que quelques raccourcis entachent légèrement certains passages.