À une semaine du 29 avril, Lloyd est interviewé pour la télévision et annonce qu’il n’y aura pas d’autres black-out. Demetri et Fiona Banks enquêtent sur la mort de personnes qui auraient dû mourir bien plus tôt.

Un autre Black-out ou non ? Là est la question. Il semble clair que c’est là que se trouve l’enjeu majeur de cette fin de saison. Le mensonge de Lloyd à la télévision a pour but d’éviter la panique, mais lui, comme Mark, sait très bien que pour le moment, ils sont loin d’avoir arrêté la machine. Le prochain Black-out va voir lieu. D’ailleurs, l’épisode remet Simon au centre de l’enquête pour mieux rediscuter de son implication dans la création du premier et de son possible rôle dans celle du second.

Pour l’occasion, le kidnapping de sa sœur revient sur la table et il est étonnant que Janis soit absente de l’épisode, car il est clair que sa place dans l’organisation faisait d’elle un pion d’importance dans cette affaire. Ça ne sera pas le cas, mais ce n’est pas foncièrement une mauvaise chose, car Simon a clairement toujours un plan de prêt et c’est une bonne manière d’entretenir le mystère de cette façon.

En parallèle, l’épisode va s’attaquer à la non-mort de Demetri en s’intéressant à ceux qui, comme lui, ne sont pas décédés quand ils auraient dû. C’est encore un point soulevé par Lloyd, le fait que l’univers pourrait bien corriger sa course. Ce n’est pas sans rappeler Lost avec son personnage de Desmond qui sauvait sans arrêt Charlie d’une mort certaine qui était au final inéluctable. Vu que quand elle fut lancée, FlashForward a été estampillée la nouvelle Lost, la comparaison est un peu inévitable et presque dommage.

Quoi qu’il en soit, c’est l’occasion de ramener des protagonistes croisés en début de saison et de théoriser sur l’inévitabilité d’une mort annoncée. Comprendre : Demetri doit-il obligatoirement mourir ? Lui, il se pose clairement la question, mais on peut espérer que FlashForward ne se transformera pas rapidement en Final Destination, ça serait un peu grotesque, mais peut-être fun. Il faudrait voir.

Pour le reste, nous avons des histoires romantiques qui étaient en suspens. Bryce et Nicole ne sont pas des personnages réellement intéressants, mais leur relation a le mérite d’être crédible, même si on peut se demander ce que Keiko est destinée à faire maintenant. À moins que, comme les morts, elle doive forcément tomber dans les bras du docteur tandis que Nicole se fera étrangler… Tout est trop superficiel de leur côté pour que l’on s’en préoccupe véritablement de toute façon.

À côté, il y a Lloyd et Olivia qui vont inexorablement l’un vers l’autre. C’est tellement gros que, là aussi, ça ne mérite pas d’être développé.

Course Correction a donc le droit a plusieurs storylines à l’intérêt assez limité, mais toute l’histoire de Simon relève très largement la barre et donne à l’épisode une utilité indéniable. De plus, il y a de véritables découvertes de la part de Mark, ce qui permet d’intriguer suffisamment pour compenser ce qui ne va pas avec le reste des intrigues.