À 22h, les visions doivent devenir réalité. Bryce tente de retrouver Keiko. Aaron reste aux côtés de sa fille. Lloyd convainc Olivia de rentrer chez elle avec lui. Mark retourne à son bureau. Demetri et Simon vont essayer de trouver les dernières preuves nécessaires pour arrêter les coupables.

Olivia : The future happened.

À l’heure actuelle, nous savons qu’il ne va pas y avoir de suite, mais il semble que quand ce season finale a été écrit, la possibilité que ce soit le cas n’a pas effleuré les scénaristes qui, de toute façon, avait annoncé il y a un bout de temps déjà que tout allait se conclure sur un cliffhanger.

Mais c’est une fin de saison, il doit quand même y avoir quelques conclusions, notamment du côté des storylines mineures. C’est ainsi que Bryce va finir par retrouver Keiko. Aaron est exactement là où il devait être, et les autres aussi.

Il y a tout de même plusieurs surprises, anecdotiques pour certaines. Janis a le droit à constater le côté aléatoire du futur, tandis que Nicole apprend à son tour qu’une vision peut avoir plus d’une interprétation. Olivia se résigne et accepte Lloyd et ses théories.

À côté de ça, nous avons Stanford qui est une fois de plus aux toilettes, mais il ne lit pas le journal cette fois. Mark est devant son tableau, sachant ce qui va lui arriver, il réagit. Sa vie est en danger, ce qui ne l’empêche pas de résoudre le mystère ou, plutôt, de voir enfin ce qui était sous ses yeux : le prochain Black Out est dans un quart d’heure !

Ça serait mentir que dire qu’on ne se doutait pas que la saison se terminerait ainsi depuis que l’idée d’un second Flash Forward a été introduite. Vu que la série ne se fatigue pas à essayer de nous surprendre, surtout à ce stade, il était d’autant plus difficile de passer à côté.

Donc, cet épisode consiste avant tout à voir se réaliser et s’emboiter les bouts de visions que l’on nous a données au commencement. Heureusement, Demetri et Simon n’ont pas eu droit à la même chose et offrent quelques scènes d’inédit. Malheureusement, ils seront plutôt impuissants face à ce qui se produit.

D’ailleurs, à ce stade, on aurait pu croire qu’une fois de plus la série allait tenter d’explorer sa thématique préférée, celle sur la possibilité ou non d’altérer son futur, mais l’épisode est tellement en mode automatique qu’il n’y a pas de place pour aborder de nouvelles pistes sur le pouvoir de la destinée (ou non). Au lieu de ça, il y a quand même un peu d’action, du genre légèrement surréaliste et abusif que le show affectionne.

Bref, FlashForward se termine approximativement comme elle le devait avec une touche qui apparait un peu ironique, car elle le fait au son de The Funeral de Band of Horses. En tout cas, si une suite avait été envisagée, il est probable que le visionnage de ce dernier épisode aurait été plus enthousiasmant, mais vu que ce n’est pas le cas, il s’agit surtout pour le spectateur d’avoir la satisfaction d’être allé au bout. Dommage que Future Shock n’offre pas le sentiment d’accomplissement qu’on attendait de lui.

Lire le bilan de Flashforward.