Friday Night Lights –  Pantherama! (2.07)
Ca sent bon le vieux FNl, celui de la saison 1, avec ces moments de rire et d’émotions, et ces personnages un peu dans la panade. Ça fait sacrément plaisir !

Premier épisode qui tourne principalement autour du Smash. Même dilemme que l’an passé. L’avenir se met en place, et Brian veut devenir footballeur professionnel. Seulement sa mère a peur que toute cette histoire se termine à la Jason Street, façon de parler. Et si son fils met tous ses œufs dans le football, elle craint que quand l’échec surgira, il n’y ait pas de portes de sortie. Elle va même voir le coach pour l’occasion. On retrouve Eric Taylor jouant un peu le bon moralisateur, comme dans le bon vieux temps. Il vient faire celui qui est là pour garder ses joueurs les pieds sur Terre, celui qui vient rappeler à Smash, malgré ses idées, que tout n’est jamais rose.

Riggins n’est pas concerné par tout ça, son problème, c’est que son ex, la voisine, roucoule avec son frère, et il plie bagage de chez lui, en homme toujours aussi responsable. Dans le monde de Tim Riggins, on aime s’en aller, et après avoir campé chez Tyra, il doit partir. La sœur de cette dernière va l’aider à trouver quelqu’un d’autre pour l’héberger. On ne peut pas dire que là où il atterrit, ce soit le paradis, ça va être drôle à voir.

Autre joueur de foot, mais débutant, Santiago. Tami apprend alors qu’il n’a pu de famille, son oncle, chez qui il vit, n’a plus fait acte de présence depuis 10/11 mois. Il faut alors faire appel aux services sociaux, idée qui déplait à Eric. C’est Buddy qui va se proposer pour s’occuper de lui. C’est une réaction qu’on pense avant tout nourri par sa passion du foot, mais qui en définitive, parait vraiment sincère, et être le résultat de la perte de sa famille. On a un Buddy bien plus humain et plus tendre pour l’occasion.

Mais, en ces jours, c’est aussi l’approche d’une tradition, le Pantherama, et Tami, occupée, le confie de mains de maitre à Tyra et Lyla. C’est deux dernières vont transformer ça en petite séance de danse de strip-tease (pas intégral bien sûr). Matt Saracen, qui vient d’acheter une voiture avec l’aide de sa nouvelle petite copine, n’est bien sûr pas à l’aise avec l’idée, et c’est Carlotta, l’aide de sa grand-mère, qui va l’aider. Il va alors après la soirée, l’embrasser.

Mais avant tout ceci, Julie l’avait vu dans le couloir se bécoter avec sa cheerleader, et s’était caché dans la salle de cours du prof d’anglais/journalistique, qui dirige l’équipe du journal. Ce dernier aide Julie dans son travail, et elle parait s’attacher de plus en plus à lui. C’est donc pour cette semaine l’intégration de Austin Nichols au générique, dans le rôle du jeune professeur, que Julie appelle même par son prénom, Noah. Moi qui réclamais que la jeune fille ait sa propre intrigue, me voilà servie !

Avec cet épisode, on sent finalement un peu plus chez soi, pour l’occasion, un peu plus dans cette fameuse série qu’on aimait tant. Remettre en avant l’équipe de foot, pour laisser les Taylor jouer le rôle est intervenir dans les multiples intrigues, sans occuper le temps d’antenne des plus jeunes.