Les spéculations vont bon train sur le futur du coach à Dillon. Billy doit parler en faveur de Tim qui pourrait alors sortir plus tôt de prison. Tami est envoyé comme intervenante à un panel pour l’éducation.

Eric Taylor pourrait-il quitter le Texas pour l’État des Oranges ? Cette question anime les habitants de Dillon Est et va se trouver au cœur de l’épisode. Il faut dire qu’avec le possible départ du coach, c’est la perte d’un repère pour beaucoup de joueurs, même ceux qui vont quitter l’équipe la saison prochaine. La scène entre Eric et Tim exprime d’ailleurs toute la force des relations qu’il entretient avec ses joueurs, Riggins s’excusant de ne pas avoir été à la hauteur auprès d’un homme qui a clairement remplacé la figure autoritaire adulte (et dans son cas paternelle) qui manquait à son existence. Eric Taylor est plus qu’un coach, il est un homme qui pousse ses joueurs à offrir le meilleur d’eux-mêmes et qui leur apprend des valeurs.

Des qualités que l’on peut aisément aussi attribué à sa femme, en lutte dans un système qui admet son échec, peu aidé par d’autres professeurs. On ne peut pas dire que la série soit tendre sur ce point, tout en évitant de trop en faire. Pour chaque Tami, nous avons donc aisément des professeurs qui n’en ont strictement rien à faire, rendant la tâche fortement compliquée. Ce qui n’empêche aucunement Tami de briller au panel pour l’éducation auxquelles elle se rend, mêlant une naïveté, un idéalisme certain et une force de caractère qui reflètent parfaitement qui elle est, et ce qui manque au système plus que tout autre chose.

Panelist : Would you have us sit down with every student in the state?
Tami : Yes, I would.

Ces discussions sur l’avenir prennent maintenant une nouvelle tournure pour Vince. Après avoir perdu pied, il cherche à revenir dans le droit chemin, et tente de regagner la confiance du coach. Son père s’obstine et ne l’écoute pas, ce qui mènera d’ailleurs sa mère à intervenir – on ne peut plus parfaite dans la scène. Vince a donc beaucoup perdu, et Jess n’est d’ailleurs pas encore prête à retourner avec lui. Le joueur est d’une certaine façon terrorisé à la perspective que le coach puisse partir, bien qu’il faille attendre pour qu’il exprime cette idée – une nouvelle illustration de l’influence d’Eric sur un de ses joueurs, et qui participera assurément à faire que Gracie Belle ne verra pas la magnifique piscine de Floride.

Le futur est donc omniprésent pour toutes les personnes à l’approche de cette fin de saison, et Luke est confronté au fait que le football ne lui a pas particulièrement ouvert de portes et que son futur est alors totalement incertain. La ferme devient alors une option plus viable qu’il ne le concevait, et le cochon est là pour montrer que ce n’est peut-être pas aussi terrible qu’il nous l’avait laissé pensé pendant longtemps. Becky n’a rien contre cette perspective d’avenir, le couple étant tout mignon tout heureux pour le moment. Mais, le retour de Tim Riggins pourrait bien changer un peu cela.

Oui, Tim Riggins est bel et bien de retour chez lui, abimé par la prison et avec un long chemin devant lui qui l’attend, mais aussi des gens qui le soutiennent. Billy est rongé par sa culpabilité et sa responsabilité, mais comme le sourire de Tim le laisse voir à la fin, au moins, le sacrifice n’aura pas été vain. Certes, les ressentiments se font sentir tout du long, et personne mieux que Billy ne doit s’en vouloir, mais la famille Riggins ne parait n’avoir jamais été aussi stable que maintenant.

Si le futur est incertain, Tim sait qu’un travail l’attend, Buddy Garrity étant cette semaine sur tous les fronts – inspirés, investi et déterminé. Qu’il s’agisse d’agir pour éviter que le coach s’en aille ou de soutenir Tim, l’un des meilleurs joueurs des Panthers et ancien petit ami de sa fille, Buddy a les mots justes dans quasiment tous ses échanges, et tout particulièrement quand il parle en faveur de Tim.

Buddy : It’s time for you to let Tim Riggins come home.

Friday Night Lights nous livre donc un épisode magnifiquement orchestré, tourné vers le futur et ses multiples possibilités alors que nous approchons de la conclusion.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire