Tami tente de nouveau d’aider Epyck, tandis que le Coach perd graduellement le contrôle de son équipe. La situation est empirée par Vince, se faisant des ennemis parmi les joueurs. Becky décide de participer à un concours de beauté.

Après la pause obligée par les fêtes de fin d’année, Friday Night Lights revient avec un épisode au demeurant calme, mais riche. Fracture remplit parfaitement son rôle, car les multiples histoires en cours sont pour beaucoup à un moment crucial, ce qui fait que l’ensemble permet de se replonger dans la série aisément, tout en fournissant de nettes progressions.

Les problèmes chez les Taylor prennent un nouveau tournant avec la visite du T.A., un geste qui n’apparaît pas des plus judicieux, surtout quand il se retrouve face à un Eric animé par des sentiments peu aimables. Le fait est que Julie doit se démêler de cette situation et que la scène finale parvient à la fois à surprendre et à se montrer extrêmement logique. En tout cas, il est étonnant que personne n’évoque cette possibilité dans l’épisode (en tout cas, j’y ai pensé !), sûrement pour laisser Julie faire le chemin toute seule. Tami est claire sur ce point : sa fille doit prendre la bonne décision, et personne ne peut le faire à sa place. C’est une Taylor, elle devrait avoir cela dans le sang, en toute logique.

Tami est d’ailleurs de nouveau à aider Epyck, qui parvient avec cet épisode à gagner en épaisseur de façon presque déconcertante au vu du cliché dans lequel le personnage était coincé jusque-là. Elle n’a aussi pas bénéficié d’un traitement réellement soigné et d’une véritable présence, et au fond, Epyck est surtout là pour insinuer une once d’espoir et illustrer l’implication de Tami dans sa vie. Ce n’est pas la première adolescente un minimum réticente qu’elle rencontre, mais il est intéressant de voir comment leur relation se bâtit et la façon dont elles parviennent à connecter.

Pour Eric, c’est beaucoup moins rose, et le rouge tend à s’accentuer à cause d’un self-control qu’il devient difficile de maintenir. Le Coach étant le Coach, il est normal de ne pas le voir s’énerver, mais cette maitrise de soi a un impact certain, et il apparaît qu’il devra prendre des mesures drastiques pour reprendre le contrôle de son équipe dans son ensemble. Le problème s’étendant même à ses assistants, il va falloir rapidement soigner le mal. Il n’y a que Jess qui parait réellement réaliser la dégradation de l’équipe, et ses regards vers son petit ami sont pleins de double sens. La position qu’elle occupe est compliquée et le fait est que finalement, il n’est pas bien difficile d’avoir l’impression d’être dans ses baskets, spectateur impuissant, mais totalement conscient de ce qui se passe. En tout cas, la suite risque de ne pas être au goût de Vince, vu qu’il est assez évident qu’il a besoin d’une leçon et de reprendre sa place dans une équipe qui le supporte de moins en moins (et tout particulièrement Luke).

Il faut aussi dire que Vince est ébloui par les projecteurs, si je puis dire. Entrainé par son père vers un avenir radieux, il se précipite sans se rendre compte qu’il y a le temps de se passer bien des choses d’ici l’université. J’admets qu’il est difficile de ne pas avoir une pensée pour ce qui est arrivé à Smash et de se dire que sans prudence, Vince pourrait voir lui aussi tout s’écrouler. La différence étant que Smash avait bien mieux gardé la tête sur les épaules. La précipitation et un père impliqué égarent ainsi Vince, créant des conflits avec son équipe et le poussant à donner le jour à un mensonge de très mauvais goût – qui à lui tout seul montre tout le problème de la situation, avec Vince ne réalisant pas ce qu’il fait. Le Coach fait ce qu’il peut, mais il ne peut décider à sa place. Il ne se laisse pas non plus marcher sur les pieds par le père, nous rappelant par la même occasion qu’Eric aurait bien la possibilité de quitter Dillon pour un autre poste. Cette proposition devrait clairement faire plus parler d’elle par la suite.

Enfin, loin de l’univers du football, Becky décide d’emprunter un chemin original : celui des concours de beauté. Avec les amies de  Mindy, elle a toute l’aide qu’il faut pour le maquillage et les conseils plus sages qu’il n’y parait (Mindy se révèle décidément être une guide improbable), bien qu’il faut avouer que le contraste entre leur univers et celui des concours se fait flagrant. Cela permet aussi d’explorer sa dynamique avec Luke, fatigué de la pousser et la laissant alors libre ; Becky doit alors affronter le problème et les angoisses qu’elle ressent à cause de son histoire passée avec le jeune homme. La scène où elles se confient aux filles est sensible et drôle à la fois, à l’image du personnage.

Friday Night Lights revient donc avec un épisode qui poursuit ce qui a été lancé dans le précédent sans perdre de temps. La fin de saison et de série parait de plus en plus proche.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire