Tami sympathise avec Katie McCoy alors qu’Eric subit des pressions pour le match de foot à venir. Julie continue de venir voir Matt. Billy demande de l’aide à son frère pour obtenir de l’argent.

Dillon Panthers vs the Arrnet Mead Tigers.

Les affaires du coach ne s’arrangent pas, et s’orientent vers une route plus intense et compliquée. Eric subit des pressions pour faire jouer J.D. McCoy. Sa famille est la plus riche de la ville, et son père compte bien imposer son fils. Il faut dire qu’on découvre que le petit est dans la compétition depuis qu’il est né. Soit il aime cela, soit c’est un bon fils à papa, qui se fait écraser par le charisme parental, mais cela, on ne le sait pas encore. Il ne nous est pas très sympathique pour le moment, seulement, il est encore trop en retrait et passif pour tirer des conclusions sur sa personne. D’ailleurs, on pourrait presque voir cela comme un signe. Laisser son père utiliser son pouvoir sans broncher, c’est assez explicite sur la personnalité du jeune homme.

Matt est mis en avant, et c’est lui qui va mener le jeu, jusqu’à faire une erreur. Match contre une équipe difficile, que les Dillon Panthers n’ont pas battue depuis bien longtemps Échec. On se sent mal pour Matt, qui trouve un certain réconfort à trainer avec Julie, et on se sent mal pour le coach, qui à chaque défaite, doit encaisser le prix. Il ne doit pas être assez payé pour son job, avec tout ce qu’il doit vivre. Il se défend comme il peut, refusant que l’argent et le pouvoir soient responsables de ses décisions, mais dans ce monde qui se révèle tout doucement être extrêmement corrompu, décideur de futurs destins de sportifs, la partie est rude.

Il ne joue plus au foot pour le moment, c’est Smash qui se voit offrir une promotion au District Manager à Alamo Freeze. Ici, cela sent plus le fait que l’on traine l’avenir de Smash le temps d’un épisode, histoire de rajouter encore un petit obstacle, ce dernier découvrant que sa mère veut prendre un travail supplémentaire pour financer les études. Même s’il est évident que cela n’était pas nécessaire, la relation entre Smash et sa mère est extrêmement bien écrite, et n’entache en rien l’épisode.

L’élément le moins contrôlé cette saison, c’est Tim, dont la vie s’articule autour de Lyla et de son frère Billy. C’est un peu comme s’il devait choisir entre l’un et l’autre, lui exposant un style de vie différent. Tim aide son frère, en commettant un vol, mais laisse tomber Lyla, ne venant pas au BBQ des Taylor, organisé chez les McCoy – au grand mécontentement d’Eric. Ici, on regarde, assez impassible ou presque, les errements du cœur de nos deux protagonistes, dans une relation qui se veut semer d’embûches, alors qu’on a plus l’impression qu’on les a posés là, et que Lyla, principalement, a choisi de s’y arrêter et de les décortiquer dès que l’occasion se présente.

Tout n’est pas parfait, mais cela reste du bon Friday Night Lights.