fnl 407 Friday Night Lights   In the Bag (4.07)

Jeudi 17 décembre 2009 à 23:40 - 2 commentaires

Friday Night Lights – In the Bag (4.07)

 Friday Night Lights   In the Bag (4.07) Friday Night Lights   In the Bag (4.07)par Carole.

Le Coach Taylor fait de Vince son quaterback. Tami essaie de réconforter Julie suite au départ de Matt. Le père de Becky est de retour en ville, alors que celui de Luke veut lui faire manquer une semaine de cours pour qu’il puisse l’aider dans son travail. Landry fait le ménage dans sa vie.

Matt est parti, et la vie à Dillon continue. Difficilement pour cette pauvre Julie, psychologiquement au 36e dessous. Il faut dire que son petit ami ne lui a pas facilité la vie sur ce coup-là, la laissant en plein doute. Découvrir qu’il a fourni des nouvelles à sa grand-mère et sa mère ne va pas aider Julie à aller de l’avant. C’est un peu l’information qui chiffonne, et qui brise Julie, qui nous rappelle, en larmes, ces 3 années de relations, et qu’elle était convaincue que c’était le bon. Et bien nous aussi, tiens !

publicite

Sur le plan relationnel, les habitants de Dillon n’apparaissent pas très fiables, et l’autre qui en a fait un peu les frais, c’est Landry, sur le bord de la route à attendre la venue d’une Tyra invisible. Difficile de ne pas se questionner sur ce qu’aurait donné leur histoire si Adrianne Palicki avait eu un peu de temps dans son planning pour passer dans la série. J’avoue être en partie convaincue par la façon dont les évènements se déroulent, et de l’autre un peu déçue. Tyra s’était tellement battue pour Landry, après avoir fait l’erreur de le traiter n’importe comment et surtout de le jeter. Il est vrai qu’elle avait une forte envie de se faire la malle loin de Dillon, mais entre nous, il ne va pas y rester Landry dans cette ville. D’un côté, le fait qu’elle le laisse, sans quasiment un regard, et pas assez de courage pour l’affronter, il faut l’admettre, cela ressemble bien à Tyra. De l’autre, après tout ce qu’ils ont traversé (et nous avec, dont un mort, malheureusement), c’est un peu dur cette histoire, qu’il faut balayer d’un geste de la main pour que Landry puisse aller faire ses avances à Jesse. Heureusement, il a le don pour être craquant quand il le fait.

D’ailleurs, s’il y en a qui me fait fondre en ce moment, c’est le beau Tim Riggins ! J’aime bien voir un peu de bonheur, et j’aime qu’il le trouve avec simplicité à Dillon. J’apprécie encore plus l’orientation de sa relation avec Becky, qui prend plus une tournure de grand frère, voire de père, malgré les sentiments de la jeune fille n’allant pas dans ce sens. Moi, Tim avec Lyla dans une maison au milieu de ce magnifique terrain qu’il voit, avec le chien, c’est ma fin totalement idéalisée pour eux à l’heure actuelle.

La jeune Becky, justement, voit le retour de son père en ville, et cela ne va pas être aussi merveilleux qu’elle aurait pu se l’imaginer. Ce n’est pas très bien amené, ni traité avec des pincettes, mais cela permet quand même de rendre Becky plus fragile, d’appuyer encore plus que derrière son sourire et sa bonne humeur exacerbée se cache surtout une adolescente fragile tentant de dissimuler des blessures, peut-être banales, mais qui sont belles et bien là.

Les liens enfants-parents, et surtout père, sont un sujet de l’épisode au fond, avec Luke qui doit aussi composer avec le sien, nous montrant que l’un ne semble pas vraiment donner de l’importance aux activités sportives de l’autre. Cela aurait pu sonner presque anecdotique – en faisant abstraction de la fin – s’il n’y avait pas Tinker pour y mettre son nez, et venir soutenir Luke. Je dois bien dire que depuis le début, Tinker est un joueur qui s’est tout doucement installé dans le paysage, et que j’affectionne particulièrement. Je n’aurais rien contre un peu de développement autour du personnage.

Si les jeunes nous occupent bien, les adultes ont aussi de quoi faire, avec Tami qui se voit remettre un prix pour son travail, et le coach Taylor partant en croisade pour Vince, avec ce dernier nous démontrant qu’il est définitivement prêt à s’investir.

Encore une fois, Friday Night Lights nous livre un épisode qui jongle à merveille avec ces personnages, et qui se révèle bourré de petits moments touchants, intéressants, légers, autour desquels on pourrait s’arrêter. Tellement, tellement de choses dans un épisode qui semble réellement regarder vers l’avenir.

publicite
  • Vic

    J’ai bien aimé cet épisode. La scène du quizz avec Julie qui répond « Ange Exilé » et « Ange Banni » est très émouvante. Et puis les scènes avec Tim Riggins dans cet épisode sont magnifiques.

  • Vic

    C’est quand même dommage, j’attendais un coup de fil de Matt tout le long de l’épisode mais bon je suppose que maintenant c’est bel et bien fini entre Julie et Matt =/

67 queries. 0,677 seconds.