The Lions se rendent à Kingdom pour disputer un match de football, pour un voyage qui se montre aussi mouvementé que la confrontation sur le terrain.

Hastings : Coach, are we there yet?
Eric : Nope. We’re getting there. Slowly but surely, we’re getting there.

Friday Night Lights nous offre avec « Kingdom » un épisode purement football. Il ne s’agit pas que du match, bien que celui-ci y joue un rôle, mais de ce que représente l’équipe et de ce qui les lie, à travers multiples scènes dont la série a le secret.

L’épisode se dote quand même de quelques passages avec Tami exprimant sa difficulté face au départ de Julie du foyer familial, tandis que sa fille continue de s’enfoncer dans un faux bonheur irresponsable de son côté, avant de revenir dans un lieu plus sécuritaire : chez elle. En tout cas, il est évident que la visite familiale est plus liée à la baffe qu’elle vient de se prendre qu’au linge sale.

Enfin, retour sur ce qui anime l’épisode dans son ensemble : le football. Ses joueurs, ses coachs, et le jeu. Les Lions prennent la route pour affronter l’équipe contre laquelle ils ont déclaré forfait l’année dernière, un match qui a donc une symbolique importante, mais sur laquelle Eric Taylor tente de travailler pour éviter de tomber dans les pièges les plus évidents. Il aime le football propre et dans les règles, sans esprit mal placé, et c’est ce contre quoi il va lutter.

Nous avons ainsi le droit à un match plutôt intense, comme c’est souvent le cas quand la série joue avec les frontières des bonnes règles du sport, poussant le coach à devoir faire ce qu’il n’apprécie pas particulièrement. Finalement, c’est presque ce qui impose la différence avec les autres coachs, le fait qu’il ne savoure pas cette victoire avec fierté, car elle n’a pas eu lieu dans les règles de l’art du sport, à cause d’une équipe qui a préféré utiliser des méthodes douteuses et qui en a payé le prix. Il y a clairement des limites à ce que le coach peut supporter, mais ce n’est pas pour autant qu’il doit le célébrer.

C’est donc cet esprit qui pousse ses joueurs au respect, et c’est clairement Vince qui en est le véhicule, se trouvant par ailleurs dans une position délicate, où il a besoin de quelqu’un pour le guider, et qui risque possiblement de mal tourner sous différents aspects. TMU veut donc le recruter, mais il est encore un junior, ce qui rend leurs méthodes peu réglementaires. Ils utilisent tout ce qui est possible, que ce soit Luke ou le père de Vince. Difficile de savoir exactement où se place Luke, car il reste un bon joueur, et les deux hommes sont liés par une amitié solide, poussant même Vince à le mettre au parfum. Seulement, il est probable que Cafferty le prenne fortement moins bien s’il a été utilisé (ce qui ne serait pas non plus très malin de la part de TMU, en tant que joueur, Luke vaut quand même le détour). Qui plus est, pourquoi Vince irait rejoindre une équipe aussi manipulatrice, dont la fiabilité est alors plus que remise en cause ? Enfin, la relation entre Vince et son père risque aussi d’être mise à rude épreuve, car il y a de fortes possibilités qu’il ne suive pas les conseils du coach, soit que tout passe par lui pour garder le contrôle.

Pour le moment, nous n’en sommes pas encore là, Luke Cafferty pouvant pleinement exprimer son amour pour son équipe d’une manière assez stupide, tandis que Buddy Jr. s’intègre en même temps que ses talents pour le jeu sont remis en question. Il risque d’y avoir des obstacles pour lui, mais l’épisode parvient habilement à lui donner toutes les raisons de se battre pour y parvenir, car ce qui fait l’esprit du sport, c’est avant tout la fraternité et la complicité qui va avec, et dans lesquelles il vient d’être complètement intégré, poussé par un Luke ayant trop bu.

Avant que nos joueurs jouent avec le feu, nous avons d’ailleurs le droit à une scène sur les balcons de l’hôtel (avec le coach juste en dessous), permettant assez bien d’exposer cette dynamique, à travers Luke, Vince, Tinker et Hastings, ce dernier ayant d’ailleurs l’opportunité au sein de cet épisode d’être subtilement étoffé à l’aide de quelques scènes et lignes de dialogues nous offrant enfin l’opportunité de connecter avec un personnage qui s’est fait jusque-là distant.

Ainsi, cet épisode de Friday Night Lights est un magnifique rappel de ce qui a toujours défini la série, son esprit sportif et ce qui anime et rattache les personnages entre eux. Avec ses regards et ses scènes dont elle a le secret, la série nous offre là un épisode qui se montre drôle, intense et touchant.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire